lundi 27 janvier 2014

Amélie Nothomb: La nostalgie heureuse ou comment un titre n'aura jamais été aussi bien choisi



Amélie Nothomb est un des rares auteurs pour lequel il m'est impossible d'attendre la version poche de ses derniers livres. Pour autant, depuis quelques années, je me suis un peu détachée et j'ai moins d'enthousiasme à découvrir son nouveau titre à chaque rentrée littéraire.
Mais que veux-tu, je suis fidèle. Alors j'ai lu La Nostalgie Heureuse

Alors que quoi ça parle?
C'est un roman autobiographique. Encore un. Amélie fait l'objet d'un reportage télévisé et à cette occasion repart au japon sur les traces de sa vie ou plutôt de ses vies passées là bas. Il s'agit plus d'un journal intime en réalité que d'un roman. Elle nous livre les émotions à retrouver les éléments de son passé qui l'ont construites. Elle redécouvre le village où elle a grandit, son école primaire,sa nourrice qui a été pour elle une deuxième mère. Elle va à Tokio, toujours sous l’œil de la caméra, retrouver son amour de jeunesse Rinri. Puis elle rentre, et savoure ces moments de douce nostalgie.

J'en pense quoi?
Autant te dire que si tu ne connais pas l'univers d'Amélie Nohomb et si tu n'as pas lu ses romans autobiographiques (Métaphysique des tubes, Stupeurs et tremblements, Ni d'adam ni d'Eve) ce livre n'aura quasiment aucun intérêt pour toi. A moins qu'il ne te donne envie d'en découvrir d’avantage, je ne sais pas trop.

Toujours est-il que j'ai toujours eu du mal avec ses autobiographies, trop lourd, trop intime peut être, une vie tellement en décalage avec le commun des mortels que ça en est un peu dérangeant. Ce livre ci est un peu plus légers, son titre est juste parfais, c'est exactement ça, une nostalgie heureuse. Aucune tristesse, aucun regret, juste une bienveillance à l'égard de la personne quelle a été. C'est un livre très court, un peu comme une rèverie, on se laisse bercer.

Mais honnêtement, je ne sais pas trop si je le conseillerai à quelqu'un. Je pense qu'elle avait besoin de coucher sur le papier ses émotions pour ne rien perdre de son voyage mais était-ce nécessaire d'en faire un roman? Je vois plus ça comme un extrait de journal intime et même si je savais exactement à quoi m'attendre en achetant ce livre, je suis déçue qu'elle préfère publier encore une autobiographie plutôt qu'un de ces vrais roman dont elle a le secret.

Est-ce un choix de l'éditeur plutôt que le sien? J'espère sincèrement que non, sinon j'aurais la désagréable impression qu'il ne s'agit là que d'un moyen de se faire de l'argent en comptant sur la fidélité de ses lecteurs et la notoriété de son nom. Parce que honnêtement, alors qu'elle répète souvent qu'elle a des dizaines de romans en stock , et même si c'est très bien écrit comme d'habitude et très plaisant, faire payer 16€ un roman grand format juste pour lire quelle a été contente de revoir sa nounou et que la page est définitivement tournée avec son ex, je trouve ça cher payé, et j'ai l'impression d'être prise pour une vache à lait. Pourtant je suis loin d'être radine lorsqu'il s'agit d'acheter des livres. 
Mais c'est ma faute après tout, je n'avais qu'à attendre le livre de poche.

lundi 20 janvier 2014

A la découverte de Jane Austen - Part 2: Orgueil et Préjugés



Après mon pseudo échec avec Mansfield Parc, je ne voulais surtout  pas renoncer. Et tant que j'étais en mode XIXème siècle j'ai enchainé immédiatement avec Orgueil et Préjugés qui est surement l’œuvre le plus connue de Jane Austen, surement grâce à tous les film et autres séries télé.





Alors, de quoi ça parle?
Rappelons d'abord qu'à cette époque, le seule solution d'avenir pour une jeune fille est de faire un mariage avantageux. L'amour entre les deux jeunes gens est souvent en option. Il est surtout question de voir quels bénéfices peuvent tirer les deux familles en question à se lier.
Donc, Mr. et Mrs Bennet, ont cinq filles à marier. Dans l'ordre: Jane, Élisabeth, Kitty, Mary et Lydia. Le problème, c'est qu'ils ne sont vraiment pas très riches alors les perspectives de grands mariages sont limitées.
Débarquent dans la région le très beau ET célibataire ET riche Mr. Bingley avec sa peste de soeur et surtout avec son richissime ET célibataire ET très hautain ET orgueilleux ami Mr Darcy.
Évidemment, Mr Bingley et Jane, la sœur adorée d’Élisabeth tombent amoureux. Mais ils ne sont pas de même condition, ça pose un problème.
Mr.Darcy lui est vraiment trop antipathique pour Elisabeth qui le déteste.
Bon, je passe sur toutes les péripéties, on voit venir la fin comme le nez au milieu de la figure: les différences de conditions ne vont pas être si problématiques que ça, Mr Darcy n'est pas si imbuvable qu'il en a l'air, et Élisabeth pas aussi aveuglée par ses préjugés que ça.

J'en pense quoi?
Aahh mon petit cœur de midinette romantique fond. J'ai adoré cette histoire d'amour. C'est beau. Plein de rebondissements, c'est rythmé, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde.
Et l'écriture! Mais comment ai-je pu être gênée à la lecture de Mansfield Parc? C'est si beau, si bien écrit. Jamais les sentiments humains n'ont été si bien décris. Bon je m'emballe peut être un peu. Quoi que. Non en fait. Pourquoi ne parle-t-on pas comme de nos jours? ça a quand même de la gueule. Je vais avoir du mal à reprendre la lecture des auteurs contemporains, ça va me sembler fade après ça.

Du coup, parce que quand j'aime, je n'aime pas à moitié, j'ai regardé le film en streamming. Celui sorti en 2005 avec Keira Knightley. Et ben, c'est aussi beau que dans le livre. Il y a quelques raccourcis bien sur, mais rien de bien méchant et dans l'ensemble, c'est très fidèle. Et Mr Darcy! Oh la la, il est quand même sacrément Graouuu.

Bon je suis emballée, je fonds. Que voulez vous, je suis une romantique dans l'âme. Du coup, je n'hésiterais plus une seconde à lire des romans du siècle passé et surtout à lire des romans d'amour. Parce que c'est beau l'amouuuur.

mercredi 15 janvier 2014

A la découverte de Jane Austen - Part 1: Mansfield Park


Pourquoi tout d'un coup me décider à lire Jane Austen?

La littérature anglaise du XVIII et XIX ème siècles, dis comme ça, ça ne donne pas forcément envie. Mais Jane Austen est incontournable. Orgueil et préjugés, Raison et sentiments, Emma, ce sont des titres qui nous parlent, on sait qu'on les connait mais on ne se souviens jamais vraiment pourquoi (sans parler des films bien sur).

Alors ça faisait un moment que l'idée de la découvrir me trottait dans la tête. Mais j'avais peur de me lancer. Pourquoi? Honnêtement, j'avais peur de ne pas comprendre l'écriture. Le phrasé de cette époque n'est évidemment pas le même qu'aujourd'hui, la société, le mode de vie non plus. d'autent plus en Angleterre. Imaginez Molière qui lirait nos romans d'aujourd'hui, pas sur qu'il saisirait immédiatement notre humour, nos sous entendu ou notre ironie.

Et puis au détour de ma librairie de suis tombée sur ça:

(Crédit Photo: Bazar de la Littérature)


Non mais regardez moi cet amour de petit livre! Je sens que  La bibliothèque du Collectionneur (chez Archipoche) et moi, on va devenir très copain. Plus petit qu'un livre de poche, avec les tranches finement dorées, la couverture rigide en tissus, le marque page en satin rouge et la sur couverture (ça se dit?) élégante, j'ai craquée! Je vous ai déjà dis que je suis particulièrement sensible à la beauté de l'objet en lui même presque autant que le contenu?
Ni une ni deux, je l'ai embarquée et je me suis lancée.

Alors, de quoi ça parle?

C'est l'histoire de Fanny. Issue d'une famille pauvre, elle est recueillie par sa tante et son oncle, de riches aristocrates: Lady et Lord Bertram. Elle sera donc élevée comme ses cousins et cousines dans le but de faire partie de la bonne société anglaise, mais pas trop quand même, elle est issue de petite condition alors faut pas trop pousser mémé dans les orties, on lui fait quand même comprendre qu'elle reste inférieure à ses cousines.
Bon Fanny, elle s'en fiche un peu d'être la cinquième roue du carrosse. Elle a une morale et un sens des convenances à toute épreuve. Le seul truc, c'est qu'elle est folle amoureuse de son cousin Edmund qui est depuis toujours son meilleurs ami et confident (et ça bien sur, elle ne le lui dira pas).
Tout serait parfait si ce dernier ne tombait pas amoureux de sa voisine Mary Crawford (une pétasse si tu veux mon avis, elle ne veux pas l'épouser parce qu'il n'a pas assez de revenus) et si Henry Crawford (le frère de Mary donc) ne tombait pas amoureux de Fanny.
Fanny ne l'aime pas, mais on lui fait bien comprendre qu'elle serait vraiment bête de laisser passer la plus grosse fortune de la région, d'autant qu'au départ, ses deux cousines avaient franchement des vues sur lui.

Bon, j'en pense quoi?

Pour commencer, mes craintes étaient fondées!  J'ai beau comprendre parfaitement le sens des phrases, aussi alambiquées soient-elles (même si j'avoue qu'il m'a fallu quelques minutes d'adaptation), j'ai franchement l'impression de passer à côté de plein de choses. L'humour, ou du moins l'ironie et les sous entendus me sont difficiles à détecter. Du coup le texte me parait parfois d'une platitude effrayante alors que je sais qu'il n'en est rien. Et j'espère de tout cœur ne pas être la seule dans ce cas, sinon, je vais passer pour une débile profonde.

Ensuite, l'histoire en elle même est sympas, on aime tous les histoires d'amour, mais franchement c'est laborieux. Le livre fait près de 700 pages (dans cette édition petit format). J'ai l'impression que tout est concentrés dans les 200 dernières pages, mais avant ça, pff il se passe rien! Et c'est long 500 pages de rien. Ok j'exagère un peu. Alors disons qu'il y a un long cheminement qui permets aux sentiments des uns et des autres de se développer.
En tout cas, c'est franchement dommage, parce que la fin du récit est vraiment chouette, pleine de rebondissements. On aurait tellement aimé que Jane Austen les développe davantage.

Enfin, j'avoue que les personnages me déçoivent un peu. On dirait des caricatures. Comme dans les contes de fée, ils n'ont qu'un seul trait de caractère. C'est décevant, on peu parfaitement prédire ce que va dire tel ou tel personnage. Il y a la douce  et sensible Fanny, la tante indolente (si tu changes beaucoup de lettre à indolent ça donne mollusque amorphe), l'autre tante hargneuse, le jeune homme volage, la jeune fille superficielle et condescendante etc etc.

Au final ça donne quoi:
J'imagine que Jane Austen fait ici une critique de son époque en caricaturant cette société bien pensante ou sans mariage point de salut, mais j'ai l'impression de ne pas avoir tout les codes pour pleinement l'apprécier.
Ou alors je n'ai franchement rien compris et je me ridiculise. Quoi qu'il en soit,  ce n'est peut être pas le meilleurs livre pour découvrir Jane Austen. Il faut peut être connaître davantage son univers et sa façon d'écrire pour l'apprécier à sa juste valeur.

En tout cas, ça ne m'a pas découragé, au contraire. Si on dit autant de bien de Jane Austen, il doit y avoir une raison, et je n'ai pas envie de passer à côté. Alors  j'ai déjà entamé Orgueil et préjugés. Et ça va déjà beaucoup mieux, je prend vraiment du plaisir à le lire. Le décodeur s'est bien mis en route. Il me tarde de le terminer et de vous en parler!


vendredi 3 janvier 2014

LIEBSTER BLOG AWARD (again)


J'ai été taguée par l'adorable Madame Pomme du blog Des tartines à l'ail.

J'avais déjà été taguée il y a un moment de ça (par ici!) alors je vais éviter de tout recommencer, mais j'aime bien suivre l'évolution du pépin grandissant de Madame Pomme, alors c'est avec plaisir que je vais répondre à ses questions.

C'est partis mon kiki (on est d'accord, c'est une expression du 17ème siècle, mais c'est pas grave, j'assume).


1. Comment ça va aujourd'hui ?  :)

Plutôt pas mal, merci. J'attends le week end au travail. La majorité des collègues sont en congès alors c'est calme. Et puis, j'ai eu une petite nausée avant hier devant les restes de chapon, alors je rêvasse...

2. Plutôt chien ou plutôt chat ?

Arh , le choix est cornélien! J'ai un toutou d'amour, mais aussi un lapin et des poissons. Mais j'adorerai avoir aussi un chat, seulement mon mari préfèrerait un gecko. On est en pleine négociation. On est pas à l’abri d'acheter un cochon ou un caméléon!  

3. La pièce préférée de ta maison/ton appartement ?

Mon bureau Bibliothèque sans hésitation. Etre entourée de tout mes livres m'apaise. 

4. Plutôt livre papier ou livre électronique ?

Papier. Indubitablement. Pour l'odeur, le toucher. L'objet est aussi important pour moi que le contenu. Mes livres, même ceux que j'ai le moins aimé, me sont vraiment très précieux. 

5. Pourquoi avoir créé ton blog ?

Bonne question! Au départ parce que j’espérai pouvoir appartenir un peu à cette communauté de blogueurs et blogueuses tous aussi talentueux et sympas les uns que les autres. Pour le reste, je cherche encore ma voix.
  
6. Pour toi engagement rime avec ... ?

Oh, c'est dur ça comme question. Je dirais passion. Et responsabilité.  Si on fait les choses, on ne les fait pas à moitié.
  
7. Ton livre de chevet du moment, c'est quoi ?

 Mansfield Park de Jane Austen. J'en ferai certainement un petit article Je voulais découvrir Jane Austen depuis longtemps, mais l'écriture du 19ème siècle me faisait un peu peur. Pour résumer: j'avais raison de me méfier! 

8. Ton plus chouette souvenir d'enfance ?

Quand mon papa m'emmenait faire de la balançoire au parc
  
9. Si tu devais être un animal, que serais-tu et pourquoi ?

Surement un chat ou un chien, nourrie, logée et passer sa vie sur la canapé!
  
10. Des conseils pour une future maman ? :)

 Euh, je ne suis pas encore passée par là, alors je ne suis certainement pas la mieux placée pour donner des conseils. Mais je dirais qu'il ne faut pas oublier que c'est toi seule qui sais ce qui est le mieux pour toi et ton enfant. Écoute ce que te dis ton cœur et ton corps 

11. Une question que je n'ai pas posée et à laquelle tu aurais aimé répondre

Ca c'est de la triche! Tu n'avais plus d'idée de question, hein, avoues!