vendredi 31 octobre 2014

Saleté de diabète gestationnel!



Le résultat de mes analyses est tombé il y a quelques jours: je suis positive. Je fais du diabète gestationnel.
Deux des résultats sur trois ne sont pas bons.

Pourtant je ne suis pas quelqu'un "à risques". J'ai 26 ans, c'est ma première (vrai) grossesse, je n'ai pas d'antécédent familiaux (mise à part ma grand mère paternelle comme beaucoup de personne agée), je n'ai pas pris énormément de poid (5 kilos en 5 mois c'est pas énorme, si?)

C'est quand même balot de faire partis des 6 ou 7% de femme qui le déclanche.

Je prends ça extrèmement mal. Je ne suis qu'une boule d'angoisse depuis que j'ai vu les résultats. J'imagine déjà un bébé sumo, futur diabétique, une grossèsse et un accouchement pathologique, tellement loin de ce que j'avais imaginé, un quotidien pourri par un régime drastique et des contrôles glycémiques systématifs.
Bref, c'est pas la joie.

J'ai eu un rendez vous avec mon médecins traitant qui suit ma grossesse très rapidement. C'était le moment de prendre rendez vous pour la visite du sixième mois, ça tombait bien.
Elle a été parfaite, et je la remercie. Très rassurante et déculpabilisante. M'expliquant que ce n'était pas ma faute, ni celle de mon alimentation, c'est juste pas de chance de le déclarer, (Merci j'avais besoin de l'entendre), que le fait de l'avoir détecté permettait une prise en charge rapide et adaptée et qu'un simple petite régime suffirait surement à le contrôler. Pas de quoi paniquer donc.
Elle m'a également obtenu un rendez vous le lendemin avec une endocrinologue/diététicienne dans la clinique où j'ai prévu d'accoucher.
Je suis sortis de là, rassurée et presque sereine. Ce n'était pas si méchant que ça.

Le lendemin donc (Mardi) nous nous rendons chez l'endocrinologue.
Alors comment décrire ce rendez vous? Ah oui: Expéditif!
Il y avait 3 personnes devant nous dans la salle d'attente, mais nous n'avons attendu que 10 minutes.
Quand vient notre tour, je n'ai pas le temps de finir ma phrase et d'expliquer pourquoi nous sommes là, qu'elle me demande si j'ai pris beaucoup de poid, "parce qu'il ne faut pas prendre de poid, c'est pas bien!"
En 2 minutes top chrono: pesée, prise de tension, mesure de la glycémie. Effectivement je suis trop haute. Hop on se rhabille, "bon alors vous mangez quoi?" Pas le temps de finir d'expliquer. "Régime!"
Tant de gramme de pain, tant de gramme de féculant pesés cuits, évidemment aucun sucre rapide mise à part 2 portions de fruit dans la journée. Voilà votre ordonnance pour une prochaine prise de sang. On se revoit dans 10 jours, merci au revoir.

Voilà.

 J'avais des questions. J'avais des angoisses. J'ai esseyé d'en parler. Je n'ai pas pu en placer une. Tout ce qu'elle a réussi à faire, c'est me faire culpabiliser à mort parce que je buvais un chocolat chaud le matin et que je mangeais un yaourt au fruit le midi. Elle a démoli en 5 minutes, toute la sérénité qu'avais réussis à m'apporter ma doctoresse la veille.

On est sortis de là sonnés, perdus, en colère et plus angoissée que jamais en ce qui me concerne.

J'ai des vraies peurs, et le medecin aurait du m'écouter. Le diabète me fait peur, et aussi et surtout le régime me fait peur.
J'ai peur d'avoir faim. Voilà. C'est purement égoïste et je culpabilise un maximum d'avoir d'abord peur pour mon confort plutôt que pour mon bébé.
Je vais le faire ce régime, évidemment et plutôt deux fois qu'une. Mais j'ai peur de la faim.
J'ai toujours été une grosse mangeuse. J'aime manger, c'est une source de plaisir pour moi, et j'en ai besoin.
Je mange plus que mon mari qui fait pourtant 90kg. Sauter un repas est inimaginable, moins manger est  une souffrance. Pourtant je faisais déjà bien attention depuis le début de ma grossesse. Je mangais de grosses quantités, mais pas n'importe quoi, je mange équilibré. Des fruits, des légumes, des protéines et des féculants.
Mais je mangeais beaucoup surtout parce que j'avais faim. Tout le temps. Pas une petite fringale, non. Une vraie faim, celle qui fait gargouiller, celle où tu sens que tu n'as plus d'énergie.
Alors pour me caler, le pti dej était copieux mais pas trop sucré, mon gouter de 10h (1 pomme) me permettait de tenir difficilement jusqu'à midi. Puis un déjeuner aussi copieux en féculant pour tenir jusqu'au gouter. Et un diner plus léger, sans féculant généralement, pour ne pas m'endormir trop lourde. D'ailleurs je me couchais souvant en ayant faim. Mais je m'interdisais de grignotter.

Et voilà qu'il faut que je mange 2 fois moins en espérant que cela suffise pour contrôler cette glycémie. C'est nécéssaire, voire vital pour mon plancton. Je ferais tout les efforts possibles pour lui. Il n'y a aucun doute la dessus.

Et je sais que des tas de femme passent par là, je ne suis ni la première, ni la dernière. Et ce n'est que pour quelques mois. Ce n'est rien comparé au gens diabétiques qui subissent ça toute leur vie. Et puis, je vais m'habituer, il n'y a pas de raison que ça se passe mal. Mais pour le moment, ça me semble vraiment très difficile.

Bref, je n'ai plus qu'à attendre le résultat de mes prochaines analyses pour savoir si ce régime est efficace où s'il faut passer à quelques chose de plus drastique.
Attendre, dans l'angoisse, la faim et la culpabilité.




lundi 27 octobre 2014

Le bola de grossesse par Mon Joli Coeur et Bijoux en vogue


Le fameux bola de grossesse.

N'importe quelle future maman en a déjà entendu parler: ce bijou d'origine indonésienne qui renferme normalement une petite boule de cuivre dont le son est censé apaiser bébé quand il est encore dans le ventre de sa maman et même après.

Dès que j'ai entendu parler de ce bijou, je savais que j'en voudrai un le moment venu. Puis le moment est venu, et devant la diversité de qualité, de prix et de modèle, je ne savais que choisir et ce projet d'achat est resté en suspend.

Alors quand Nathalie du Blog Mon Joli Cœur (Par là), a proposé d'en gagner un avec son partenaire Bijoux en Vogue (Par ici) j'ai sauté sur l'occasion. Et j'ai eu la grande joie de remporter le concours!

Alors un mot sur Bijoux en vogue: c'est une boutique en ligne de bijoux pour hommes et femmes à des prix abordables. L'expédition du bola (dont j'ai pu choisir le modèle) a été très rapide et soignée, et ça, ça fait plaisir. Je l'ai reçu en une semaine. Il était emballé dans sa petite pochette, puis son pochon en velours noir, puis dans un papier cadeau.

(Désolé d'avance pour les photos pourries)



Et voilà la bête:
Il est bleu avec des liserés dorés, il brille au soleil, il est beau.



Concrètement j'en pense quoi?

C'est un beau bijou qui met le ventre de la femme enceinte en valeur. Mais  honnêtement, j'avais un peu peur de ressembler à une vache avec sa cloche autour du cou! 
Heureusement, ce n'est pas du tout le cas. Le tintement est très léger, c'est agréable. C'est un son très doux et cristallin, un peu comme un éolyre (ces carillons qui s’agitent avec le vent).

Je ne le porte pas tout le temps. Même si j'ai l'impression que ça calme un peu bébé quand il joue au foot américains dans mon ventre, au final je ne sais pas trop s'il aime ou pas, alors dans l'éventualité ou il n'aimerai pas, je n'ai pas envie de lui imposer ce son toute la journée!

Cela dit, je suis ravie. Je recommande à toute le bola, c'est un chouette objet. J'aime l'idée, qu'une fois né, mon bébé reconnaîtra ce son qui pourra alors le détendre.

Je remercie chaudement Nathalie et Bijoux en Vogue.


Et en exclusivité, des photos de mon bidon à 5 mois et 10 jours de grossesse! 






lundi 6 octobre 2014

Brèves de grossesses: Tous ces trucs à la con


Je ne sais pas si j'aurais l'occasion de faire plusieurs article de ce genre. Mais j'avais envie de faire une petite compilation de toute ces choses un peu bizarres et improbables de ma grossesse. J'espère vraiment ne pas être la seule à qui ça arrive, sinon, je dois avoir un sérieux problème!

Les remarques à la cons, celle qui fond grincer des dents, mais où tu t'éfforces de garder le sourire
 
*A l'annonce de ma grossesse, une collègue: "Et vous ètes contents?"
Ce que tu réponds: "Oui bien sur c'est que du bonheur".
Ce que tu penses: T'es con naturellement ou tu prends des cours du soirs, Conasse!

*Dans une boutique de chaussures, la vendeuse: "Vous n'ètes qu'à 4 mois?, et ben, je vous souhaite bien du courage, parce que vous ètes partis pour être bien grosse!"
Ce que tu réponds: "oui c'est vrai j'ai un beau bidou"
Ce que tu penses: Et toi c'est ton manque de tact qui est bien gros! Conasse.

*Au travail, une collègue (une autre heureusement): "Et tu as pris combien là ?"
Ce que tu réponds: "Pas beaucoup, tout va bien"
Ce que tu penses: Est-ce que je te demande la circonférence de ton cul? Conasse!

Comment ça, je ne suis pas tolérante?

Les rèves à la con, du genre qui font flipper pendant des jours: 

*Je suis chez mes parents, la maison est entourée de morts-vivant. Mon père sort chercher des outils pour qu'on puisse se défendre. Je le suis, parce que je suis la seule à avoir regardé walking dead, alors je suis celle qui a le plus d'expérience dans ce domaine. Il se fait attaquer. Du coup je lui explose la tête avec une scie à bois. (Détail totalement débile, je te l'accorde, mais dans ce rèves, c'était hyper précis, il fallais une scie à bois, pas à métaux)

*Ma mère m'annonce que mon père n'est pas mon père et que comme elle a eu plusieurs amants durant la période où j'ai été conçue, elle ne sait pas qui sait.

Je n'aurais pas comme un petit problème d'oedipe ?

Les symptômes à la con, je ne parle pas des nausées et autres acnées, mais des trucs vraiment chelous:

*Depuis que je suis enceinte je ronfle! Et pas qu'un peu, hein, non non, une vrai mobilette. Je ne croyais pas mon homme quand il me l'a dis. Il  m'a enregistré. Je me suis fais peur.

*J'ai le ventre poilu! WTF. Bon on va dire que comme mon ventre est tendu, on voit d'aventage le duvet. Mais en réalité, j'ai des poils bien dréssés autour de mon nombril. Avec ça et le fait que l'épilation devient de plus en plus hasasdeuse et aléatoire, mon homme m'appelle Cheeta!


Et toi, Est-ce que tu as des anecdoctes de grossesse, des trucs à la cons à raconter?



mercredi 1 octobre 2014

Plancton 1er: un triton ou une sirenne?



Le Verdict: 







Et maintenent c'est partis pour le casse-tête du choix du prénom!




Assortiment de friandises pour l'esprit ou l'art de positiver au quotidiens d'Agnes Abécassis: un livre qui détend


Oh là là, j'ai une tonne d'article en retard. J'ai un peu déserté le blog ces dernières semaines, sans prévenir en plus, c'est pas bien !

Bon, du coup, on va reprendre en douceur avec un livre tout doux et tout sucré, le dernier né d'Agnès Abécassis: Assortiment de friandises pour l'esprit ou l'art de positiver au quotidiens



Ajouter une légende


Pour la petite histoire, Agnès est une fille super sympas. Elle a lancé un appel sur sa page facebook pour savoir si des blogueurs seraient intéréssés pour recevoir son dernier livre en exclusivité. Je suis une fan de ces livres, autant de ces romans que de ces BD d'ailleurs. C'est toujours drôle, et touchant à la fois. Bref, je me suis jetée sur l'occasion, et un petit message privé plus tard, j'étais dans la liste de diffusion!
Résultat des courses, j'ai reçu cette petite merveille dédicacée dans ma boite au lettre vendredi dernier. C'est pas trop cool ça?


Alors, de quoi ça parle?
Ce n'est pas un roman. Ni une BD. C'est plus un carnet. Un carnet qui fait du bien. Ca ne se lit pas, ça se déguste. Il faut piocher, picorer. Ce livre se grignotte.
Avec des thèmes gourmants, Agnes nous donne: des petits trais d'esprits pour partager son univers et son positivisme, des citations pour nous inspirer, et des "exercices" pour nous détendre. C'est un livre qui se lit avec des crayons de couleurs.
Bon évidemment, comme je suis une blogueuse en carton, je n'ai pas pris de photo de l'intérieur du livre pour vous montrer ce que ça donne (si j'étais photographe ça se saurais). Alors disons qu'Agnès nous a fait de jolis croquis à colorier. Commes pour les enfants. C'est hyper régréssif, et c'est ça qui fait du bien. Mais il y a aussi des petits quizz, des défis, bref, tout un tas d'activités à découvrir pour s'amuser, se détendre et surtout POSITIVER.


Ce que j'en pense?
J'adore l'idée de ce livre d'activités pour adulte. On y retrouve tout l'humour et l'esprit d'Agnès et c'est très agréable. On a juste l'impression de partager un bon moment avec une copine. 
Au départ je n'étais pas convaincus par la fonction délassante des croquis à colorier. Et un jour où les hormones m'ont travaillé plus que d'habitude (pour résumer, j'étais en mode: je suis grosse, moche, nulle je sert à rien, j'ai juste envie de me mettre en boule sous la couette jusqu'à la fin des temps) j'ai ouvert une page au hasard, j'ai lu le petit paragraphe qui m'a fait sourire et je me suis mise à colorier des empreintes d'animaux. Et ben, je me suis détendue et un moment plus tard, je suis sortie de mon état létargique pour aller faire un crumble aux pommes à mon hommes. La rapport avec les empreintes? Aucun, mais je me suis vidée la tête, et les hormones m'ont foutu la paix. Bref, c'est efficace.
Si j'avais un minuscule petit bémol à apporter: je trouve que le format du livre aurait pu être mieux pensé. C'est un livre justement. Or il a vocation à être manipulé plus que de raison, j'ai peur qu'il ne s'habime vite. Et Dieu sais si je n'aime pas habimer mes livres (déjà qu'il m'a fallu un moment pour admettre que le but de celui ci était d'écrire à l'intérieur). Plusieurs carnets auraient peut être été plus pratique.On verra à l'usage

Tout ça pour dire que ce livre est comme une poignée de fraises tagada: sucré, régréssif, réconfortant (la cellulite dans les fesses en moins). Pour ma part, je pense l'apporter au travail, pour me défouler et me détendre entre midi et deux. Pour oublier les matinées pourries et rapartir du bon pied, ce sera parfait.

Il sort le 8 octobre. N'hésitez pas !



vendredi 5 septembre 2014

Petit tag de l'été grâce à Salomé



J'ai été taguée par Salomé du blog Mais quelle idée de faire un bébé.

Son tag est sur le thème de l'été et des vacances. Je suis en retard me direz-vous? Et bien, non, car pour moi l'été n'a commencé que depuis le début de la semaine et se prolongera  quasiment jusqu'à la fin septembre.

Enfin les vacances! Dernière années où l'on pourra profiter du soleil de septembre sans les touristes et les prix excessifs qui vont avec! (Je n'ai rien contre les touristes, j'ai juste du mal à supporter la foule)

Alors c'est partis, voici ses questions et mes réponses:

Vous reconnaissez vous dans l’expression « la journée appartient à ceux qui se lèvent tôt » ?
Plutôt, oui. Mais je suis une très grosse dormeuse. Pour me lever tôt il faut que je me couche trèèès tôt. Sinon je peux facilement dormir jusqu'à 11h30. (Enfin pour le moment) Du coup, je râle parce que je n'ai le temps de rien. Alors quand j'ai des choses à faire je mets mon réveil.
- Plutôt Camping ou Hôtel tout confort ?
L'un ou l'autre, peut importe. Ce que j'aime, c'est le dépaysement, découvrir de nouvelles choses. Le manque de confort ne me gène pas plus que ça.
- Vacances sportives ou farniente au bord de la piscine ?
Les deux. D’abord le farniente pour bien récupérer et ensuite on se bouge un peu pour faire quelque chose de ses journées
- Mer, Montagne ou Campagne ?

Euh, les trois? Mes parents vivent à la campagne, vivent les balades à vélos! Mais j'ai toujours eu l'habitude petite de faire des randonnée à la montagne. Et la mer: indispensable pour faire le plein d'iode et de repos
- Plutôt bon polar ou presse à scandales ?

L'été pour moi, c'est plutôt synonymes de carnet de jeux en tout genre, mots croisés, sudoku et compagnie.
- Débarquées une journée entière sur une île déserte, vous ne pouvez emporter que 3 choses. Lesquelles ?

Ou là là. Dur. Seulement pour la journée? Alors le casse croûte, la crème solaire et ma serviette!
- Vos meilleures vacances ?

Mon voyage de noce à l’île Maurice. Magique
- Boisson favorite l’été ?

De l'eau!!! Et des granités, j'aime bien ça.
- Une soirée d’été idéale pour vous c’est ….. ?

Un petit repas sympas avec mon homme. Un bon livre au calme. Une balade au clair de lune
- A 4 hrs, plutôt gaufre ou glace ?

Euh, en ce moment mes envies de sucre sont assez limitées, je me goinfre de camembert! (au lait pasteurisé hein, pas de panique). Sinon, plutôt la gaufre pour bien me caler et la glace, le soir devant plus belle la life! ;-)
- Et pour finir, à quoi ressemble une journée de vacances d’été idéale pour vous ?
Grasse mat jusqu'à pas d'heure. Balade pour se dégourdir les pattes et visiter des choses. Plage en fin d’après midi pour se détendre et bon petit repas et surtout surtout, pas de télé en vacances!

Voilà, rien de très original dans mes réponses, j'espère que ce n'est pas trop décevant!


dimanche 31 août 2014

L'avocat, le nain et la princesse masquée de Paul Colize: un pollard tout en légèreté


Pardon d'avoir un peu déserté le blog. Ce dernier mois a été assez intense au boulot, et je n'ai pas pris le temps de rédiger la tonne d'article qui m'attend.
Pourtant cela fait une éternité que j'ai fini ce livre, il est grand temps de vous en parler.

Il y a les auteurs qu'on lit parce qu'on les aime et qu'on est fidèle. On sait qu'on ne sera pas déçu on attend leur livre avec impatience. Et puis, il y a ceux qu'on découvre par hasard, et détour d'une allée de librairie parce que la couverture attire notre regard.

C'est donc ce qui c'est passé avec L'avocat, le nain et la princesse masquée de Paul Colize.




De quoi ça parle:
Huges Tonnon est un ténor du barreau belge en matière de divorces et autres séparations délicates.
Alors c'est tout naturellement qu'il accepte de défendre la starlette Nolwenn Blackwell qui veut faire cracher son argent à son ex financé adultère.
Huges et Nolwenn s'entendent bien. Trop bien même puisqu'ils passent la nuit ensemble après une soirée arrosée. Le problème ? Huges se voit réveillé le lendemain matin chez lui par la police. Nolwenn a été assassinée. Il est la dernière personne à l'avoir vu vivante. Pour la police sa culpabilité ne fait pas de doute. Le seul moyen de s'en sortir: démasquer lui même l'assassin.

Ce que j'en pense?
Je ne connaissais pas du tout Paul Colize. Je n'avais aucun a priori. Seule la couverture et ce titre intrigant m'ont attiré. Cette histoire est pleine d'humour et d'action.
C'est une course poursuite à travers le monde complètement abracadabrante. Au départ, ça n'a ni queue ni tête et puis les choses se mettent en place et cette énigme policière arrive à trouver tout son sens. C'est plaisant.
On s'attache facilement au héro, cet espèce de dandy trop raffiné pour se mêler d'affaire policière. Il n'a pas l'étoffe du héro d'action et on se demande (un peu comme lui d'ailleurs) ce qu'il fait dans cette galère.
C'est très agréable, peut être pas assez pour pour que je veuilles à tout prix découvrir les autres œuvres de l'auteur, mais si d’aventure j'en croisais au détour d'un rayon de librairie, alors pourquoi pas.







mercredi 6 août 2014

L'échographie du 1er trimestre: le soulagement



J'ai un peu tardée à donner des nouvelles du plancton mais j'attendais les résultats de mes dernières analyses de sang pour être totalement rassurée.

TOUT VA BIEN!

Le plancton a, je cite: "4 membres composés de 3 segments". Autrement dit: 2 bras, 2 jambes avec des mains et des pieds!

Il a une jolie tête bien ronde et il suce son pouce. Il bouge dans tout les sens mais sait rester calme quand le docteur doit faire ses mesures.

Il mesure 5.2cm avec un fémur de 5mm.
Son coeur bas à 162 battements par minute.


Oui c'est peut-être  idiot, mais je m'extasie devant ces chiffres. Je trouve ça incroyable qu'il y est ce si grand plancton dans mon ventre.

Les marqueurs sériques et la clarté nucale sont bons. A priori, pas de soucis à ce faire de ce côté là.

Cette écho est passée si vite. Cette rencontre avec bébé rend les choses plus concrètes mais j'ai quand même du mal à réaliser que ce petit être que je vois à l'écran grandit en moi.

Pourtant tout s'accellère: les démarches administratives, l'annonce à la famille et aux collègues, songer au mode de garde...

Cette écho, c'est le feu vert: on peut y aller, en route vers bébé!



lundi 4 août 2014

La Guerre Mondiale 1914-1918 de Pétain présentée par Jean-Jacques Dumur: un livre d'histoire très à propos qui me tient particulièrement à coeur


Ou comment faire des titres à rallonges.

Aujourd'hui, c'est un livre très particulier que je tiens à vous présenter. Il ne s'agit pas de théâtre. Il ne s'agit pas d'un roman ni même d'un essai ou d'une biographie.

Ou plutôt si, une biographie: la biographie de la Première Guerre Mondiale. La Grande Guerre.
 En cette période anniversaire (n'existe-t-il pas d'autre mot que celui-ci qui a normalement une connotation joyeuse pour désigner cette situation?) je ne doute pas que ce livre attirera aussi bien les férus d'histoire et de stratégies militaires que les curieux.

Voici donc: La guerre Mondiale racontée par le Maréchal Pétain. Ce livre est présenté par Jean-Jacques Dumur.



Avant toute chose: dans ce livre, comme dans cette chronique, il n'y a pas d'idéologie, pas de politique, pas de partis pris enfiévré.
Chacun pense ce qu'il veut de Pétain et de l'impact qu'il a eu dans les deux conflits mondiaux. Rappelons toute fois qu'au sortir de la Première Guerre Mondiale, il était considéré comme un héro.

Ceci ayant été dis, de quoi s'agit-il?
Pétain, Grand homme de Guerre, a retracé le déroulement de ce conflit. De manière méthodique, précise et factuelle, il raconte ce qui s'est passé. Pas d'état d'âme ici, pas de considération politique, pas même l'évocation des dommages causés par la guerre: les faits, rien que les faits de guerre.
Presque comme un dictionnaire, il relate du début à la fin et pour chaque front,  les mouvements de troupes, les affrontements, et tous ce qui est en rapports avec la stratégie militaire.
Le front franco-belges, le front russe, les Balkans, les colonies, la guerre maritime: tout est méticuleusement décrit.
On trouve également dans ce livre un tableau récapitulatif permettant de mieux s'y retrouver dans les dates; ainsi qu'un lexique pour trouver au plus vite ce qui nous intéresse.
Par ailleurs, sont associés à ces écrits , les croquis de guerre explicatifs dessinés eux aussi de la main de Pétain.
Et des extraits du manuscrit original sont incérés au milieu du livre, rappelant la source particulière de ces écrits.

Ce livre est sans aucun doute le plus précis qui puisse exister sur les faits de guerre puisque venant directement de la main de celui qui en donnait les ordres.
C'est une mine d'or pour les passionnés de cette période.
Peut-être un peu rébarbatif pour les non avertis, il ne faut pas le voir comme un livre à lire d'une traite mais plutôt comme une encyclopédie ou on pioche ce qui nous intérresse.
Mais attention, je le répète, il ne s'agit que des faits de guerre et de stratégie militaire.

Alors pourquoi ce livre me tient-il à coeur ?
Vous connaissez maintenant mon goût pour les romans historiques. Mais la stratégie militaire ce n'est pas vraiment mon fort.
Non. Il y a une toute autre raison. Au delà de l'histoire qui est racontée, ce livre a sa propre histoire.
Laissez-moi vous la raconter.

Jean-Jacques Dumur est un ancien militaire à la belle carrière et un professeur et dessins et peintre reconnu. Il est également un ami de ma famille. Un ami tout court.
Un jour, une dame dont il est proche, fait de lui son mandataire pour régler au mieux la succession difficile de son mari décédé. En rangeant vieux livres et documents, il tombe sur un manuscrit très étrange, sans signature, simplement intitulé La Guerre Mondiale, avec au dos le portrait du maréchal. Jean-Jacques est un militaire averti et un érudit, même sans s'enflammer, il sent bien qu'il tient entre ses mains un objet d'une valeur historique exceptionnelle.
Passé, le choc de la découverte, il se demande qu'en faire. Il s'agit de faire reconnaître sa valeur historique sans tomber dans le piège de ceux qui ne verront que sa valeur vénale.
Mais avant toute chose, il faut faire authentifier ce manuscrit.
C'est alors un parcours du combattant de plusieurs années pour faire reconnaître ce document que va éprouver Jean-Jacques, jusqu'à la délivrance et enfin la publication.

Cette histoire, son histoire, il la raconte à la fin de ce livre (de façon bien plus détaillée bien sur). Et j'avoue avoir commencé ma lecture par là.
Ce récit est particulièrement touchant.
Pardonne moi Jean-Jacques, je me permets de donner mon avis sur ton écriture, même si ce n'est pas l'objet principal du livre, mais c'est ce qui m'a le plus attiré.
Jean-Jacques n'est pas un écrivain. Il est un ancien militaire. Il est un peintre. Mais il est surtout un homme qui a vécu une longue et difficile aventure avec ce texte. Et on sent dans son récit une sorte d'empressement et de soulagement à enfin se délivrer de ce lourd cadeau (de ce lourd fardeau?). Vite vite, raconter, vite tout dire avant que l'histoire ne lui échappe, avant qu'on l'en empêche.
Tu en avais gros sur la patate comme on dis.
Son histoire est détaillée de son parcours personnel et détaillée de ses connaissances historiques. Ce mélange est agréable même si, ce texte n'a pas la fluidité qu'aurait celui d'un écrivain, qu'aurait celui d'un homme apaisé face à toute cette histoire. Car même s'il ne mâche pas ses mots et évoque par exemple les  tentatives de corruption dont il a été l'objet, je sais moi, que ce récit est infiniment plus politiquement correct que ce que la réalité des faits l'aurait autorisé à dire.

Voilà. C'est un très beau livre.
Je suis heureuse qu'il est pu voir le jour.
Heureuse pour l'Histoire.
Heureuse pour Jean-Jacques.

mercredi 30 juillet 2014

Peur Blanche de Ken Follett: de l'action et du suspense sur fond de terrorisme biologique


La liste des Ken Follett qu'il me reste à découvrir commence à sérieusement s'apauvrir.

J'ai donc lu Peur Blanche





De quoi ça parle?
Antonia, ancienne flic émérite est chef de la sécurité d'un laboratoire travaillant entre autre sur de dangereux virus. C'est avec une main de maître qu'elle protège ce labo dirigé par le séduisant Stanley Oxenford dont elle est secrètement amoureuse. Le problème: un échantillon d'un virus extrèmement contagieux et virulant est volé la veille de Noël alors qu'une tempète de neige fait rage. Tout le monde bien sur craint l'attaque terroriste. Antonia et Stanley vont vivre 48 heures de folie pour stopper cette catastrophe sanitaire.


Ce que j'en pense?
Le terrorisme bactériologique, c'est très loin de l'univers de Ken Follett. Pas d'espionnage, pas de guerre. J'avais un peu peur qu'il se perde que ce soit un peu trop nébuleux à mon goût.
Mais j'ai été trés agréablement surprise. Ce changement d'univers ést trés agréable. On s'attache trés facilement à l'héroïne, à la fois forte et fragile, on a un peu envie de lui ressembler. Le suspens est très efficace et le rythme rapide (puisque l'histoire se déroule sur 48 heures). On ne s'ennuie pas.
Un seul petit bémol: la motivation des "méchants" n'est pas du tout exploitée. Le "pourquoi" nous reste au bord des lèvres.
Ce n'est pas le meilleurs Ken Follet mais c'est un trés bon diverstissement.




vendredi 11 juillet 2014

1er et 2ème mois de grossesse: le bilan

Je suis à la fin de mon deuxième mois de grossesse, je crois qu'il est grand temps que je vous donne des nouvelles du plancton et que je fasse le bilan de ces premières semaines. 
Mais ne comptez pas sur mois pour faire des photos de mon ventre semaine après semaine. Pour la simple et bonne raison que je suis plutôt ronde et que j'ai toujours eu beaucoup de ventre. Alors on ne verra rien avant un bon moment.

Alors, pour rappel, le plancton a été conçu mi mai. Il est prévu pour le 14 février 2015.

Pendant la fin du mois de mai je ne me suis pas imaginé une seule seconde être enceinte. Aussi je n'ai rien ressentis du tout. Aucun symptôme. Enfin je devais quand même être un peu différente parce que mon homme lui pressentait bien quelque chose, même s'il ne disait rien.

Quand le test s'est révélé positif, j'ai été dans une sorte d'euphorie pendant quelques jours mais très vite rattrapée par la peur.

Et puis il y a eu le premier saignement (glamour quand tu nous tiens). A ce moment là j'étais plus que fataliste. Mon homme gardait espoir, mais pour moi c'était fini, je faisais une deuxième fausse couche.

Mon médecin a été hyper réactive et j'ai pu avoir une écho dès le lendemains. J'étais tétanisée. L'image de ma dernière écho me revenait sans cesse en tête. Ma hantise était de revoir cet oeuf vide.

Et puis le miracle. Un coeur qui bat. Il y a un coeur qui bat dans mon ventre. Et un plancton. Minuscule mais bien là .
Le seul hic et qu'il y a aussi un petit décollement qu'il faudra surveiller car potentiellement dangereux tant les débuts de grossesse sont fragiles.


Alors oui il y a un danger qui plane mais mon plancton va bien.
Là, quelque chose se débloque en moi. Je suis enceinte. Les premiers symptômes apparaissent enfin, au bout d'un mois de grossesse.
Les seins qui gonflent, les nausées, la fatigue, l'acné, tout arrive. C'est désagréable bien sur, mais j'en suis heureuse, cela me prouve tous les jours que le plancton est là et qu'il grandit.


Heureusement je suis arrêté. J'ai ordre de me reposer un maximum pour résorber ce décollement.
Une deuxième écho, 10 jours après la première confirmera que la plancton grandis bien et s'accroche mais le décollement s'est agrandi aussi. Je suis arrêté 15 jours de plus.
Je passe mes journées sur le canapé à regarder des DVD. Les hormones de grossesse doivent me jouer des tours: je regarde Twilight en VO!. Je ne fait plus rien. Mon homme assure comme une bête. Mais moins j'en fait, moins je me sens capable d'en faire. Je suis épuisée. Les nausée s'accentuent  chaque jours, je ne mange pas grand chose et je perd un peu de poids. Rien de méchant cela dit, de toute façon, j'ai de la marge.


10 jours encore après la dernière écho: nouveau contrôle. Le plancton a bien grandis, il fait 2cm et on distingue maintenant sa tête, son dos et ses fesses. Son petit coeur bat. Il est bien accroché et le décollement est quasi résorbé. Tout va bien. Je vais pouvoir reprendre le travail après presque 1 mois de canapé intensif.

Le premier jours de travail est un calvaire. La faute à mon jeans que je pensais encore à ma taille. Mais il semblerait que mon corps ait déjà sérieusement changé. Les nausées aussi sont plus difficiles à gérer. Et la fatigue m'handicape vraiment: difficile de bosser en s'endormant!. Mais tout va bien, je ne suis ni la première ni la dernière à passer par là.
Aussi je vais faire mon premier achat lié au plancton: un jean de grossesse! Bon sang que c'est agréable à porter, je revis.


Je termine donc mon deuxième moi de grossesse et ma 1er semaine de boulot après le reprise. Le week end est le bienvenu, mais dans l'ensemble je suis contente d'avoir pu reprendre un rythme de vie normal.

Maintenant je suis dans l'attente. J'attends avec une impatience grandissante mon écho du 1er trimestre le 25 juillet prochain. Si tout va bien, je pourrais respirer normalement, relâcher un peu la pression et commencer à profiter pleinement. Si tout va bien, je m'autoriserais à faire des achats pour la plancton. Si tout va bien, nous déclarerons la grossesse à la CAF. Si tout va bien, nous l'annoncerons à nos parents et je pourrais enfin acheter ces petits cadeaux que je lorgne depuis des semaines pour faire cette annonce. 

Si tout va bien.

mercredi 9 juillet 2014

J'ai été taguée par Mama Loca



Tout est dans le titre. Mama Loca m'a tagué et moi je l'aime bien Mama Loca. alors je vais répondre à ses questions avec plaisir. Mais c'est tout hein, je suis une grosse feignasse alors faut pas me demander de taguer 11 autres personnes et tout le tintouin.

C'est partis:

-C’est quoi le meilleur livre que tu aies jamais lu?
Oh la vache. Tu attaques fort là. J'ai juste trop dur comme question ça. S'il ne devait en rester qu'un, je dirais Le Petit Prince. Avec lui on ne se sent jamais seul. 

-Le film le plus lolesque que tu aies jamais vu?
Pff j'en sais rien moi. Il n'y a rien qui me viens en tête. Bon je dirais Rabbi Jacob, parce qu'il est passé il n'y a pas longtemps à la télé et qu'il me fait rire à chaque fois, même si on le connais par coeur. 

 -Si tu pouvais rencontrer un personnage célèbre ça serait qui?
Je voudrais trouver quelqu'un qui en impose, qui a compté pour la société  genre Gandhi, Mandélà ou Luther King. Mais en fait non. J'ai plus envie de dire Sissi l'Impératrice ou Marie Antoinette.
 
-Tu lui dirais quoi?
Tu me pretes une de tes robes?
 
-Des phobies?
La foule. Être entravé par les autres, ne pas pouvoir circuler comme je veux m'angoisse terriblement.
 
-La musique que tu aimes mais en fait c’est trop la honte d’écouter ça:
Les comédies musicales. Je connais 1789 par coeur. Et les BO des disneys. "Secret comme les nuits de Lune de L'oRIENNNNNT " ! (Pardon)


-Qu’est ce que tu lis quand tu vas aux chiottes? (classe, distinction…)
Tout. C'est le meilleur endroit pour lire. On y est parfaitement tranquille et détendu. Je commence toujours un livre aux toilettes.
 
-Ton mot préféré?
 Dodo?
  
-C’était quoi ton doudou quand t’étais gosse?
Pourquoi quand j'étais gosse? J'ai toujours mon doudou non mé ho!. A la base c'est un éléphant rose avec une grande trompe. Maintenent il est tout gris, sans poil et sans trompe. Le pauvre. Et me demande pas pourquoi, il s'appelle Meumeu.

 -Le chocolat n’est-il pas le meilleur ami de l’homme?
Affirmatif! Quand je pense qu'on va être en pénurie d'ici quelques années, ça me rend malade.
 
-T’arrive à marcher avec des talons de 12 cm toi?
Y arriver, en théorie Oui. Mais pour l'intégrité phisique et mentale de mes petons, je m'abstiens.

Voilà. Tu en sais maintenent un peu plus sur moi. J'espère que cela ne va pas te faire fuir!

mardi 1 juillet 2014

Dragons 2: Pour les petits comme pour les grands!


Une fois n'est pas coutume, nous allons parler cinéma. J'adore le cinéma, malheureusement je n'y vais que très rarement.

Cela dis, grâce à Mac do (oui oui) et au cinéma le plus proche de chez moi, j'ai gagné des places pour aller voir Dragons 2 en avant première (il y a presque 15 jours de ça, je sais, je suis une grosse flemmarde, mais l'essentiel c'est d'écrire cet article avant la sortie, non?)



J'avais adoré le film Dragon, je peux me le regarder en boucle. Pour ce qui connaissent pas: on est à l'époque des viking. Arold est le fils de chef du village mais n'est pas attiré par tout ce qui fait un viking: la violence, la force, et combattre les petites bêtes qui ont une fâcheuse tendance à les attaquer régulièrement: les dragons. Arold va en secret apprivoiser le pire d'entre eux et en découvrir plus sur les dragon que ne l'on fait ses ancêtres pendent des siècles, mais il ne sera pas évident de faire changer les mentalité de sa tribut et surtout de son père.

Pour Dragon 2 (qui sort demain donc): on retrouve Arold et toute sa bande quelques années plus tard. Son père veut faire de lui le chef du clan, mais lui n'a de cesse que vouloir découvrir toujours plus de terres et de dragons. Seulement il va aussi découvrir qu'il existe d'autres personnes qui chevauchent les dragons mais dans le but de créer la plus puissantes des armées. Il s'agit donc d'une bataille entre les forces du bien qui respecte les dragons et les forces du mal qui les asservissent.

Ce que j'en pense? Le film est tout simplement génial. Les paysages sont époustouflants. L'intrigue bien menée. Il y a de l'action bien sur, mais aussi beaucoup d'émotion et de rebondissements. Les personnages ont grandis, ils sont plus murs. Et cela se retrouve dans l'intrigue. C'est un film pour enfant mais les adultes ne s’ennuieront pas du tout. Mon homme qui m'a accompagné vraiment pour me faire plaisir a beaucoup aimé et attend la sortie en DVD.
Par ailleurs,j'ai vu ce film en 2D mais il sort également en 3D et ma fois, même si je ne suis pas fan de la 3D, ça devrait être bien sympas.

Maintenant, je n'attend qu'une chose, c'est le trois. Car dans le film est soulevé une question qui reste sans réponse et j'espère vraiment que la solution sera apportée dans un prochain film.

Pour ceux qui ne connaissent pas mais qui seraient tentés: Dragons 1 passe ce soir à la télé sur NT1 (ça tombe bien, il n'y a pas de foot!).

jeudi 12 juin 2014

Un plancton dans le bidou?


Il m'a fallu un moment pour me décider à publier cet article. J'avais d'abord besoin d'être rassuré. C'est chose faite. Alors...



Un an. Un ans d'essai.

Un rendez vous avec ma Gynéco été prévu pour essayer de comprendre ce qui se passe, pourquoi cela ne fonctionne pas.

J'ai vécu le mois de mai dans un total lâché prise. En me disant que de toute façon, il ne se passerai rien ce mois-ci puisque j'ai un problème (je n'ovulerai pas, selon mes courbes de températures).
J'ai ainsi retrouvé des moments complices "normaux" avec mon homme. Sans prise de tête, sans pression, sans arrière pensée.

Et puis vient le moment de l'attente. Pas l'attente des premiers signes, non. Juste du cycle suivant, le cycle de plus.

Un jour. Tout va bien

Deux jours. Ce sera pour demain

Trois jours. Bon qu'est ce qu'elles fabriquent?

Quatre jours. Cette attente va me rendre dingue.

Cinq jours. Mon homme me pose LA question: quand est-ce qu'on se réjouis?

Cinq jours et quelques minutes: chéris je reviens, je vais faire une courses.

Six jours, un dimanche matin à 8h: plus que quelques secondes d'attente.

Six jours, un dimanche matin à 8h01: Deux barres.

Six jours, un dimanche matin à 8h02: Je suis enceinte...... JE SUIS ENCEINTE (BORDEL)

La prise de sang le confirmera deux jours plus tard.


Voilà, un an tout pile après avoir arrêté la pilule, un petit quelque choses semble s'être installé dans mon bidou.
Un tout petit quelque chose. Encore plus petit qu'une crevette: un plancton. C'est mon homme qui a trouvé ce nom, j'adore.

J'ai d’abord été dans l'euphorie, puis dans l'angoisse. Ma hantise était de revoir à l'écran de ma première écho mon ventre vide. Mais je l'ai eu cette écho et mon ventre n'est pas vide. Il y a même un petit cœur qui bas. Un tout petit coeur, bien caché, bien au chaud.
Alors bien sur, il reste fragile, mais je suis déjà plus sereine.

C'est drôle. N'y pense pas, est le conseil le plus débile qu'on puisse donner à un couple qui essaie de faire un bébé. Mais c'est peut être aussi le plus censé. Le lâché prise a du bon.

J'ai un plancton dans le bidou.

vendredi 6 juin 2014

L'empire des Loups de Jean-Christophe Grangé: Un thriller parisien qui sent fort l'Anatolie


Pendant le mois de mai, je n'ai pas été au meilleur de ma forme. Alors le rythme de mes lectures s'en ai ressenti. Mais j'ai quand même réussi à finir un Grangé.

J'aime les thriller de Jean-Christophe Grangé. Il y a de l'angoisse, du sang, des intrigues bien ficelées, des personnages forts, bref c'est efficace. J'ai donc enrichie ma collection avec l'Empire des loups


De quoi ça parle?
Il y a au début deux histoires bien distinctes qui vont bien sur se mêler par la suite.
D'abord il y a Anna. Épouse d'un haut fonctionnaire de la police, elle est victime de graves troubles de la mémoires. Elle ne reconnait plus son maris. Elle a des visions d'horreurs. Elle se sent sombrer dans la folie. Pas très réjouissant. Son mari l'amène voir des médecins mais elle n'a pas confiance, elle sent qu'ils lui veulent du mal, qui  lui cachent quelque chose. Alors elle s'enfuie et va tenter de trouver elle même les réponses à ses questions.
Ensuite, il y a Paul Nerteaux, jeune capitaine de Police confronté aux meurtres en série particulièrement atroces de jeunes femmes clandestines du quartier Turcs. Pour l'aider dans son enquête il fait appel à Jean-Louis Schiffer, un ancien flic à la retraite aussi implacable et violent que doué dans son travail.
Évidement ces deux histoires sont liées et vont s'articuler autour de manipulations scientifiques, de mafia turque, de destins imposés, de mythologie d’Asie centrale, de la puanteur du Paris sous terrain, que les gens "normaux" ne soupçonnent même pas et d'une violence de tous les instants.

Ce que j'en pense:
 Au début, les deux histoires sont bien cloisonnées. Si bien qu'il faut faire un effort pour se rappeler les intrigues quand on passe de l'une à l'autre. Il faut attendre presque la moitié du livre pour que le lien se fasse enfin.
Et à partir de là, comment dire. ça part en cacahouète. Le rythme s'accélère, l'intrigue se complexifie, les personnages montrent un nouveaux visages.
Ce tourbillon soudain me laisse un peu perplexe. Je trouve l’ensemble un peu trop tiré par les cheveux. Et il y a un peu trop de "heureux hasard" dans les péripéties.
D'habitude, dans les romans de Grangé l'angoisse monte et on se laisse prendre au jeu grâce à des intrigues bien menées et cohérentes même s'il y a une part de irrationnel.
Ici, je tique. C'est un peu fouilli, comme ci l'auteur ne savait pas faire de tri dans tout ce qu'il voulait aborder

Je suis un peu déçue, j'ai du mal à retrouver ici le Grangé qui fait vraiment flipper.

jeudi 15 mai 2014

Un an, bordel !



J'ai le moral en berne et la bonne humeur dans les chaussettes. Alors passe ton chemin, moi j'ai juste besoin d'un moment pour cracher ma déprime à la face de mon écran.

1 ans. Voilà un ans qu'on essaie de fonder une famille. Et le bilan de cette année?
  - 4 tests de grossesse utilisés
  -1 fausse couche
 
 Voilà. c'est tout.
 Et c'est ce mois ci que le grain de riz aurait du voir le jour.

Je ne demande rien d'extraordinaire. Juste pouvoir faire ce qui est le plus naturel au monde. Faire un enfant. Un bébé. Voir mon ventre grossir. Voir ma réserve de grasses matinées fondre comme neige au soleil. Voir les vergetures s'installer et les nausées me pourrir la vie. Juste un bébé baveux à la couche débordante.

Pourquoi est-ce que ça ne marche pas, bon sang?! Qu'est ce qui ne vas pas chez moi?

Et qu'on ne me dise pas, de ne pas y penser, de laisser faire la nature et que plus je me mettrais la pression moins ça marchera. Il n'y a que mon homme qui puisse me dire ça pour que ça soit réconfortant à mon oreille, sinon je me transforme en furie.

Comment veux-tu que je n'y penses pas alors que mon premier geste du matin, avant même d'avoir fini d'ouvrir les yeux c'est de me foutre un thermomètre dans le cul! Que le deuxième sera de prendre ce foutu comprimé d'acide folique. Qu'il n'y a plus que deux jour dans le mois qui comptes:  le 14 et le 28. Que chaque article de blogueuse enceinte est un plaisir sadique qui me fout le cafard. Que j'en viens à être jalouse des femmes enceintes croisées dans la rue. Que chaque bébé dans sa poussette me serre le cœur. Que chaque câlin avec mon homme est calculé, prévu, planifié.Que je passe tous les jours devant cette chambre vide. Que je vois mon homme se défoncer à faire les travaux de la maison parce qu'il veut penser à autre chose.

Non je ne peux pas penser à autre chose. Et ça me bouffe. C'est au delà du simple désir d'enfant. C'est viscéral. Je ne suis qu'un ventre vide et inutile.

Alors oui je sais, que je ne suis pas à plaindre. Qu'un an ce n'est pas si long. Il y a énormément de gens qui essaient de concevoir depuis bien plus longtemps que nous. Qu'outre l'attente, il peut aussi y avoir la médicalisation voir l'adoption et que ce sont des choses infiniment plus éprouvantes que ce que nous vivons mon homme et moi.

Mais chacun vis ça comme il peut. Et moi, aujourd'hui je le vis mal. Ce cap des uns ans est lourd de sens pour moi. Je n'arrive pas à faire d'enfant. J'ai un problème. Physique ou pas, mais j'ai un problème. Je ne suis pas capable de faire ce cadeau à mon homme. Je ne suis pas capable de devenir maman.

Voilà. Il me tarde le mois de juin.


mercredi 14 mai 2014

L'elixir d'amour d'Eric-Emmanuel Schmitt: une correspondance amicale?

Comme tu le sais , je me jette sur les livres d’Éric Emmanuel Schmitt dès leur sortie, peut importe le type de récit (roman, théâtre, nouvelles ou autres essais).
C'est donc tout naturellement que j'ai lu le roman épistolaire L'élixir d'amour.



Pour commencer, un petit mot sur la couverture: je trouve cette Eve vraiment très belle.

Alors, de quoi ça parle?
Louise et Adam ont vécu une histoire d'amour passionnelle. Ils sont désormais séparés. Lui est un psychologue à Paris, elle a déménagée au Canada.
Ils décident de rester amis, vont s'écrire et tenter une donner une définition à l'amour. Et à travers leurs expériences et leurs nouvelles histoires, ils veulent trouver ce que pourrait être l'élixir d'amour, la potion magique, la recette de cuisine si elle existe qui fait mouche pour faire tomber l'autre sincèrement amoureux.

Ce que j'en pense?
D'abord, ce qui m'a marqué, c'est le style: c'est un langage assez soutenu. Personnellement, j'aime les belles phrases et le vocabulaire riche mais dans ce cas précis je trouve ça un chouïa lourd et ça pourrait en rebuter certain.
Ensuite les personnages: ce qu'il m'énerve cet Adam!  Trop sur de lui, donneur de leçon, réponse à tout. Bref Imbuvable. En tout cas, ce n'est pas le type d'homme avec qui j'aurais envie de parler d'amour. Mais bon, ce n'est pas moi qui était amoureuse de lui, c'est Louise. Et pour le coup, elle je l'aime bien. Sous ces airs innocents, elle cache bien son jeu.
Enfin, Le final est vraiment efficace, je ne m'y attendais pas.

Au final, je suis un peu partagée.
C'est un roman assez court. Je me suis forcée à le refermer de temps en temps pour le faire durer et le savourer, parce que ça passe vite. Mais ici, ce n'est pas un défaut. Heureusement que ce n'était pas trop long, sans quoi on se serait ennuyé.
Cet échange autour de l’élixir d'amour ne m'a pas vraiment convaincu. Comme s'ils dissertaient de quelque chose sans vraiment le connaître le sujet. On parle d'amitié, de désir charnel, de plaisir mais d'amour véritable, celui qui te fait trouver l'autre beau même quand il va sortir les poubelles en tong et chaussettes, je ne suis pas sure. Du coup, moi ça ne m’atteint pas vraiment. Je ne m'attendais pas à ça, alors je suis un peu déçue.
Par contre, le final, est tellement surprenant et bien fait après cet échange qui m'a laissé sur ma faim, qu'il  me fait franchement oublier mon scepticisme.

Donc mes attentes aux vues de la couverture et de ce que le résumé pouvait laisser supposer ont été déçues. C'est ce qui m'a un peu rebuté.
Mais finalement l'histoire est vraiment chouette. Et je ne regrette pas du tout.

vendredi 9 mai 2014

Complètement Cramé! de Gilles Legardinier: un livre qui fait du bien!



J'ai continué d'explorer l'univers de Gilles Legardier avec une nouvelle comédie: Complètement cramé!



Avant toute chose, je tiens à saluer la couverture. Il y a un fil conducteur dans les comédies de Legardinier à travers ces couvertures: le chat et des couleurs flashy. J'apprécie beaucoup! Un livre c'est comme un bon plat, tu le goutes d'abord avec les yeux et j'aime ce genre de détail.















Bon alors, de quoi ça parle?
Andrew Blake est un chef d'entreprise anglais. Il arrive à un âge où il y a plus d'années derrière soi que devant. Il est fatigué, il se remet en question. Grâce à un poste que lui a trouvé son ami Richard, il décide de tout plaquer, de changer de vie.
Il part en France, le pays où il a rencontré sa femme aujourd'hui décédée, comme majordome dans un château privé. Personne ne sait qui il est vraiment et il va devoir s'intégrer et  s'adapter à ce nouvel environnement au milieu des habitants du logis.
Il y a d’abord: Nathalie de Beauvillier, la maîtresse des lieux, mystérieuse et perdue qui vis recluse depuis la mort de son époux, Odile: la cuisinière qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, Manon, la jeune femme de ménage romantique et paumée, Phillippe le régisseur un peu barré qui vit seul au fond du domaine et enfin Méphisto, le chat, le roi de la maison.

Ce que j'en pense?
Ce livre est un petit bijou! Une perle, un bulle de bonheur. Voilà. Je ne boude pas mon plaisir et ne mâche pas mes mots, j'ai surkiffé!
J'ai adoré le personnage d'Andrew qui apporte le renouveau, le changement dont la maison avait besoin pour se dépoussiérer. Cet espèce de professeur Dumbledore, de sage qui règle les soucis des uns et des autres, prodigue ses conseils avec une philosophie bienfaisante mais incapable de se les appliquer à lui même.
J'ai adoré les comiques de situation et autres quiproquos dus à l'incompréhension de la culture française par l'anglais.
J'ai adoré la douceur et la pudeur de la façon dont l'auteur amène les différentes histoires d'amour.
J'ai adoré (me suis tordue de rire serait plus exact) les scènes "d'action" complètement improbables.
Pour finir j'ai adoré tout cet amour qui se dégage de cette histoire.
 Mon petit cœur, comme une éponge s'est remplis de toute cette énergie positive, et bon sang que ça fait du bien!
Moi qui suis plutôt renfermée et pas très sociale, je n'ai plus qu'une envie c'est m'ouvrir aux autres, créer moi aussi des liens avec les gens, élargir mon cocon et laisser les autres me prouver qu'il y a aussi du beau et du bon dans ce monde.

Voilà, non je ne suis pas en train de planer, non je n'ai pas fumé, j'ai juste lu un bon livre!




mercredi 7 mai 2014

Véronica Mars, le film: Hiiiiiiiiiiiiii !!!!



Hier mon merveilleux mari d'amour m'a fait une petite surprise: il m'a acheté le DVD tout juste sortie du film Véronica Mars!

Autant vous dire que pour moi qui suis une fan de la première heure, je sautais partout! Et évidemment nous l'avons regardé le soir même.


 Alors pour pour ceux qui ne connaissent pas, Véronica Mars est une série télé qui a été diffusée de 2004 à 2006. La série s'est arrêtée au bout de trois (trop courtes à mon gout)  saisons pour manque d'audience je crois. Sauf que les fans ne l'ont pas accepté. Ils se sont mobilisés et le film a pu voir le jour.

La série est l'histoire de Véronica (non sans deconné!?) lycéenne à Neptune-Californie. Elle est la fille de l'ancien shérif reconverti en détective privé Keath Mars. Son passe-temps? Mener des enquêtes. Elle n'aura de cesse en réalité de retrouver le meurtrier de sa meilleure ami Lily Kayne qui a été assassinée l'année précédente.
Elle sera plus ou moins directement aidée par tout un tas de personnages hyper attachants: son père bien sur, qui tente de la protéger contre tout les dangers auxquels elle s'expose, son ami Wallace, le basketteur bonne patte, Mac: le petit génie de l'informatique, Weevil le chef du gang des motards qui a un bon fond et Logan (hhhha Logan, je fond!) le gosse de riche, ex petit ami de Lily lui aussi hanté par cet assassinat.

Cette série, c'est avant tout, des enquetes hyper bien menées, une héroïne parfaite au sens de la répartie qu'on aimerait tous avoir, des personnages haut en couleur, un contexte propice aux bonnes histoires dans cette ville et ce lycée où gosses de célébrités et jeunes défavorisés cohabitent.
C'est trois saisons de bonheur, même si la première restera la meilleure.

Alors pourquoi faire un film? Ben parce que la saison trois n'a pas de fin! Elle s'est arrêté brutalement, sans dénouement, sans conclusion. Et ça c'est franchement pas possible.
Du coup ce film était vraiment le bienvenu. Et replonger dans cet univers est un vrai plaisir.


Donc, de quoi parle ce film?
Dix après après après avoir quitté Neptune, Véronica s'apprête à devenir une très grande avocate à New York. Elle a arrêté depuis longtemps ses enquêtes, et mène une vie rangée avec Piz qu'elle avait rencontrée à la Fac. Sauf que, Logan son ancien amour (pour ceux qui ne connaissent pas la série, je ne dévoile pas grand chose, ça se voit comme le nez au milieu de la figure dès le début qu'il va y avoir quelque chose entre eux ) est (encore) accusé à tord du meurtre de sa petite amie. Évidemment elle accourt l'aider à prouver son innocence et c'est l'occasion pour elle de revenir à Neptune et de voir ce que devient tout le petit monde qu'elle a laissé en partant.

Ce que j'en pense?
C'est vraiment l'histoire qui permet de clore la série en beauté. Même si j'aurais adorée qu'il y ait une saison 4, on a là une vraie conclusion et ça c'est chouette. On retrouve très bien l'univers piquant de la série, en un peu plus sage peut être. Mais c'est normal, ils ont tous vieillis, ils sont un peu moins tout feu tout flamme qu'au lycée. Mais ils n'ont rien perdu de leur sens de la répartie acéré.
Il y a quand même quelques détails un peu dérangeants quand on connait bien la série: Logan est rentré à l'armée. WTF! Cela dit, rien que pour le voir dans son uniforme ça vaut le coup.
Et Véronica est resté 10 ans à s’ennuyer avec Piz? Au moins les membres de la team Piz seront satisfaits.
Par ailleurs, l'intrigue est bien faîte, c'est tout à fait ce qu'on pouvait retrouver dans la série, ni plus ni moins.

Cela dit, je pense que les gens qui ne connaissent pas la série peuvent tout à fait voir le film sans s’ennuyer. Ce n'est pas du grand cinéma, mais c'est un très bon divertissement.

Du coup, ben je suis ravie! Je suis vraiment contente d'avoir pu retrouver cet univers. Je crois que je vais me refaire l'intégrale de la série.

Et pour ceux que ça intéresse, ce film qui n'est pas sorti au cinéma français est disponible en DVD donc et en Vidéo à la Demande (ainsi que sur I tunes je crois).

En conclusion, un micro extrait de dialogue (comprenne qui pourra): "Notre histoire est épique"


mardi 6 mai 2014

Demain de Guillaume Musso: faille temporelle, love and rock'n roll


J'aime beaucoup Musso. Ses livres sont un vrai divertissement, on passe toujours un bon moment.
 Le soucis, c'est que pour une raison parfaitement futile à savoir l'esthétique de ma bibliothèque (et surtout pour soulager mon porte monnaie à vrai dire) je n'achète ces lives qu'en poche. Du coup, j'ai toujours un an de retard sur les publications.

Central Park est sorti récemment (et entre parenthèse j'assume parfaitement être folle de jalousie de Clarisse du Blog Aux Douceurs Littéraires qui a reçu un exemplaire dédicacé direct dans sa boites au lettres et un petit mot de Guillaume Musso him self sur sa page facebook - Evidemment j'aurais plus de chance que ça m'arrive si j'avais une page facebook du blog. Bref fin de la parenthèse), et j'en ferais une chronique l'année prochaine.

Du coup Demain est sorti chez Pocket, et je me suis jetée dessus

De quoi ça parle?
Matthew est un prof de philo à la Fac. Le genre dont on tombe toutes amoureuses: beau, intelligent mais torturé, inaccessible. Il est veuf depuis 1 ans et il élève seul sa fille de 4 ans avec sa pétillante colocataire. Il a du mal à se remettre de la mort de sa femme qui, il faut bien le dire, était parfaite: belle, plus qu'intelligente: brillante avec une carrière exceptionnelle, le genre qu'on déteste toutes.
Il achète un peu par hasard un ordinateur d'occasion et entre en contact avec Emma son ancienne propriétaire, une jeune sommelière un peu paumée et à fleur de peau.
Ils se plaisent, croient à un possible nouvel amour. Seulement ils vont vite se rendre compte compte que lui vit en 2011 et elle en 2010. Un an d'écart, jour pour jour.
Passé le choc, pour Matthiew il est évident qu'Emma a un rôle à jouer: elle va pouvoir empêcher l'accident de sa femme et lui permettre de retrouver sa vie.
Mais bien sur, ce n'est pas si simple.

Je que j'en pense?
J'aime bien quand Musso rajoute une petite dose de surnaturel dans ses romans, quelque chose d'inexpliqué qui rend la vie des personnages un peu magique. La faille temporelle, c'est toujours efficace même si ce n'est pas la première fois qu'il en joue.
Et j'aime beaucoup ses personnages, ils sont tous très attachants et bien faits: les deux héros assez torturés et qui rament pour s'en sortir, les amis fidèles et dévoués qui ont aussi leur faille et cette ombre de la femme décédée parfaite en apparence mais qui se révèle beaucoup plus complexe et dangereuse qu'il n'y parait. 
J'aime également beaucoup l’enquête que va mener Emma pour découvrir qui était réellement la femme de Matthiew et comment la sauver. J'aime la voir dépasser ses limites et se transcender au fil des pages.

Bref, j'ai beaucoup aimé ce roman. C'est un vrai divertissement, très agréable mais trop court! J’aurai tellement aimé rester un peu plus longtemps en compagnie de ces personnages. Un an d'attente pour quelques jours de lectures, ça passe vite. Comme dans dans un manège, tu fais la queue longtemps et une fois dedans ça passe comme un éclair.
Vivement le prochain!

vendredi 25 avril 2014

Le Code Rebecca de Ken Follett: un bon roman d'espionnage (Encore)



Je vous ai dis que j'aime les romans de Ken Follett? Oui? Ben je le redis!

Donc j'ai lu un autre de ses romans d'espionnage sur fond de Seconde guerre Mondiale: Le Code Rebecca

De quoi ça parle?
L’Égypte est un des enjeux majeur de la seconde guerre mondiale. Elle est dominée par la Anglais qui sont considérés comme des dangereux envahisseurs par les égyptiens.
Les nazis eux, veulent battre les anglais et s'emparer du Caire. Et les Égyptiens voient au travers des nazis et de la guerre le moyens de se débarrasser des anglais et de retrouver leur indépendance.
Ça, c'est le contexte.
On a donc d'un côté un espion Arabo-allemand (Alex Wolf) et sa complice la célèbre danseuse du ventre Sonja qui par tout les moyens intercepte les informations de l'armée anglaise pour les transmettre directement à Rommel (avec l'aide d’égyptiens)
Et de l'Autre, on a l'officier anglais Vadam et son espionne, la belle Helenne.
C'est un véritable combat qui va se jouer entre les deux hommes. Vandam va t-il stopper Wolff avant qu'il ne puisse transmettre les informations qui couteraient la victoire aux Anglais?

Ce que j'en pense?
Bon c'est de l'espionnage. Mais pas que. Il y a aussi un peu d'amour. C'est plutôt réussi. L'histoire est bien ficelée, le suspense est bien mené, l'action est bien rythmée.
Mais je sais pas, il n'y a un petit quelque chose qui fait que je suis plutôt sur la réserve. Je trouve que c'est long à se mettre en place. J'ai du mal à rentrer dans l'histoire. Surtout j'ai du mal à m'attacher aux personnages. L'espion surtout. D'habitude les espions de Follett sont brillants, implacables, ils font peur parce qu'on se demande comment on va bien pouvoir les arrêter. Celui m'agace, il est très fort, et plutôt intéressant avec sa double nationalité. Mais il m'énerve. Je ne sais pas trop pourquoi.

Bref, je crois que c'est la première fois que j’émets une réserve sur un Ken Follett. C'est un bon roman d'espionnage mais vraiment, pour moi, celui ci n'est pas son meilleurs.

jeudi 24 avril 2014

Kaïken de Jean-Christophe Grangé: Un Thriller japonisant en 2 temps


Je suis en retard dans mes rapports de lecture.

Pourtant, dès qu'il est sorti en poche, je me suis jetée sur le dernier Jean-Christophe Grangé: Kaïken.
On va bien voir ce que j'en retiens presque deux mois après l'avoir terminé.


De quoi ça parle ?
Olivier Passan et un flic de la criminelle au caractère plutôt torturé. Il est en pleine instance de divorce avec sa femme: la sublime japonaise Naoko. Passan est passionné de la culture japonaise moyenâgeuse, celle des samouraï et des codes d'honneur complexes.
Il traque pour ainsi dire un tueur en série aux méthodes atroces mais dont le parcours de vie n'est pas si différent du sien.
Dans cette histoire Passan est au centre de la tourmente entre ce tueur fou qui semble s'en prendre à sa famille, son divorce, et cette culture japonaise dévastatrice.

Ce que j'en pense?
D'habitude avec Grangé, la tension et l'horreur s'installe petit à petit. Il faut un long processus pour comprendre le tueur et le démasquer. Ici on est tout de suite dans le vif du sujet. Le tueur est connu dès la première page. Et le combat avec le héros est bien engagé. Ce n'est pas dérangeant, ça suppose quelque chose de plus profond encore, qui viendra plus tard.
Et effectivement, il a un après. Le roman est coupé en deux: d'abord une première intrigue avec ce tueur fou puis une seconde axée sur le côté japonisant de l'affaire. Mais je trouve que le lien a du mal à se faire, il y a une cassure assez nette, c'est un peu dommage.
Mis à part ce défaut, c'est un thriller très prenant. Grangé arrive très bien à nous embarquer dans cette histoire et n'hésite pas à disséminer de fausses pistes pour nous mieux suspendre ensuite. Il a l'art de rendre les choses crédibles, ce qui renforce cette impression de malaise que doivent procurer les thriller.
Et cette mise en avant de la culture japonaise poussée dans ses retranchements m'est très agréable. Ce n'est pas son roman le plus angoissant ou le plus sanglant, mais il y a une forme d'élégance, on imagine la beauté des combats de samouraï.

C'est une réussite.


mardi 22 avril 2014

Midipile: le site qui te fait gagner des cadeaux.


Tout d'abord, je précise que ceci n'est pas un article sponsorisé (comme si mon blog pouvait intéresser des sponsors, la bonne blague). C'est juste que lorsqu'on est mécontent de quelque chose on le crie sur tous les toits, mais j'estime que lorsqu'on est content, il faut savoir le dire aussi.

Et je suis ravie de ce site, alors je partage.

Donc je veux te parler de Midipile. Je ne sais plus grâce à quelle blogueuse je l'ai connu, mais je la remercie (et si elle se manifeste, je la mentionnerai avec plaisir)


http://www.midipile.com/



Alors, Midipile qu'es a quo?

C'est un site qui te permet de gagner des cadeaux.
Tu t’inscris (Gratuitement) et chaque jour à midi pile donc, tu obtiens participation. Elles ne sont pas cumulables, si tu ne l'utilises pas, tu la perds.
Chaque jour le site propose de nouveaux produits à découvrir et pour lesquels tu peux jouer.
Chaque offre reste une semaine sur le site (il y a un décompte que permettant de savoir où on en est)
Donc si tu suis bien, tu as maximum 7 chances de gagner un produit. Mais bien sur, tu n'es pas obligé d'utiliser toutes tes chances sur le même produit.

Au niveau des produits proposés, il y en a pour tout les goûts et touts les prix: homme, femme, enfants animaux, déco, bijoux, vêtements, produits culinaires. ça va du gel antibactériens coloré  ( en ce moment il y a un lot d'une valeur de 11€) à la cheminée à éthanol (présente régulièrement, un lot d'une valeur de 900€)


Le but étant bien sur de découvrir de nouvelles marques et de nouveaux produits.

Chaque jour, le site t'envoie un mail pour te présenter l'offre du jour. Attention, il n'y a pas de nouvelle offre le week end, mais tu as quand même ta chance de gagner à midi. Et régulièrement ils t'envoient également des bons plans (réduction, promo) en rapports avec les produits présentés.
Ils y a aussi des applications pour smartphone, mais là je n'y connais pas grand chose.

Et quand on gagne?
Les produits présentés restent une semaine sur le site. Une fois la semaine écoulée un tirage au sort désigne les gagnants. Tu es alors prévenu par mail. Tu n'as rien à faire si ce n'est vérifier que les coordonnées que tu as renseignées lors de ton inscription sur le site sont toujours valables pour que ton lot puisse t'être envoyé.

En ce qui me concerne, j'ai gagné un nouveaux jeu de société: le Taggle et son extension Le Taggle d'amour. Je ne l'ai pas encore testé, pour y jouer c'est mieux quand on est nombreux, mais ça à l'air bien sympas.
Bon j'aurais préféré gagner la bague en diamant, mais c’est toujours agréable de gagner quelque chose.

 










J'ai été averti que j'avais gagné le 24 mars, j'ai reçu mon paquet le 29 mars. C'est donc très rapide, et l'emballage était impeccable.

Voilà, je voulais juste partager ce bon plan avec vous. Ça prend trois secondes dans la journée et ça peut nous faire remporter de jolis cadeaux, et ma fois ça fait toujours plaisir.





mardi 15 avril 2014

Et hop, un petit Tag


La dernière fois que j'ai été tagué, c'était par Madame Pomme du Blog des Tartines à L'ail. Tu peux trouver l'article
(Petit Apparté: Madame Pomme si jamais tu passes par là, on est quand même quelques blogueuses à s'inquiéter de ta disparition, alors, ben on espère juste que tout va bien, et si ça va pas on est là, même virtuelles, les copines, ça sert à ça)


Aujourd'hui, c'est Humeurs d'une future Maman (sérieux, il faudrait que tu nous donnes un prénom ou un surnom à te donner! ) qui me fait l'honneur de penser à moi.
Alors je vais répondre à ses questions avec plaisir.

C'est partis!

  1. Ton péché mignon?
    C'est plutôt dur comme question pour moi, n'importe quoi avec du chocolat! Je suis pas difficile

  2. Tu fais combien de bises pour dire bonjour par chez toi?
    Deux! Et on met la Chocolatine dans une poche pas le pain au chocolat dans un sac!

  3. Un livre à me conseiller?
    Les sagas historiques de Ken follet, n'importe quel livre de Werber en commençant par Les Fourmis, n'importe quel Eric Emmanuel Schmitt. Il ne faut pas me lancer le sujet.

  4. La dernière chose que tu as acheté sur le net?
    Des sushi pour midi ça compte? Sinon, ben la dernière BD de Werber et l'avant dernier Musso à la Fnac

  5. La dernière chose qui ta fait pleurer?
    Un test négatif (Tu vois que quoi je parle?)


  6. La dernière chose qui t'a fait rire?
    Mon homme qui me raconte des bêtises, comme ce matin où il m'a inventé une chanson débile

  7. Est-ce que tu crois aux fantômes?
    En un sens oui, je crois aux énergies qui circulent, à la mémoires des événements passés que peuvent garder les vieilles pierres

  8. Pierre, feuille ou ciseaux?
    Le puits?

  9. Ta saison préférée?
    Le début de l’automne, quand les couleurs changent, qu'il fait encore chaud et qu'on à l'impression de prolonger les vacances

  10. Un objet qui pourrait paraître quelconque aux yeux des autres mais qui a une grande valeur sentimentale pour toi?
    Mon doudou? (Qui reste au pied du lit je précise)


  11. Est-ce que tu as aimé mes questions?
    Voui m'dame, j'ai bien aimé. J'espère que mes réponses te plairont aussi!




mardi 18 mars 2014

Quand le requin dort de Milena Agus: bizarre mais poétique


Milena Agus, je ne connaissais pas du tout, mais alors pas du tout du tout. Ce livre, c'est mon homme qui me l'a choisi parce qu'il était offert pour l'achat de deux livre de poche.

Je n'avais donc aucun a priori quand j'ai lu Quand le requin dort, le premier livre de cette auteure.


De quoi ça parle?
La narratrice, une jeune fille de 18 ans, raconte par petite touche, comme des tranches de vie, son histoire et celle de sa famille. Et comment dire, ils sont spéciaux dans cette famille. La mère est très fragile psychologiquement. Le père est un coureur de jupon absent. Le frère ne fait rien d'autre que jouer du piano. La tante cherche désespérément l'amour. Et elle, est enlisée dans une relation sado masochiste extrême avec un homme marié et plus vieux quelle. Pourtant, partout elle cherche la beauté et le bien.

Ce que j'en pense?
C'est spécial. Très poétique. Le début a été très déroutant pour moi, je me demandais où j'étais tombée. Un mélange entre une vision onirique et un journal intime sous LDS. J'exagère (un peu), mais on n'a pas l'impression qu'il s'agit du récit de la vie d'une famille dans un monde normal.
Et puis, petit à petit on s'attache à ces personnages, on a envie de voir comment ils vont évoluer.

Ce livre ne m'a pas donné envie de découvrir le reste de l'univers de Milena Angus, non pas que ce n'est pas bien, mais ce n'est pas particulièrement un genre que j'aime.
Cela dit,  j'ai quand même passé un bon moment.