mardi 19 novembre 2013

Billie


Un nouvel article article pour te parler d'un roman qui est sorti il n'y a pas très longtemps (en septembre): Billie d'Anna Gavalda.
C'est mon premier Anna gavalda. Je ne sais pas trop pourquoi, bien que tout le monde en dise du bien je n'étais pas attirée. Peu être parce que la peste du bureau addoooore (crie suraiguë à chaque sortie) et quelle les connait tous par cœur et patati et patata et que je ne voulais pas faire comme la peste du bureau. Voilà, réaction de cours d'école, je sais.
Alors pourquoi aujourd'hui? Heu j'ai le droit de dire que c'est à cause du petit âne trop choupis de la couverture? Superficialité quand tu nous tiens... Oui je sais, il ne faut pas s'attarder sur l'extérieur, c'est la beauté intérieure qui compte bla bla bla. Que veux-tu, quand le markéting est efficace pourquoi ne pas céder, j'ai même pas honte.

Dans ce livre Billie nous raconte son histoire et celle de son meilleur ami Franck qui se connaissent, se suivent, s'épaulent depuis le collège. La vie n'a pas été très tendre avec eux, elle a un peu oublié de leur distribuer les bonnes cartes: elle vient d'une famille pourris (et violente) dans un quartier pourri, avec une ambiance pourrie et lui est un homosexuel avéré et comment dire, au collège, ça passe mal.

Billie nous raconte leur histoire avec un franc parler qui au début surprend, puis on s’habitue et on comprend vite que sans ce ton épicé, le livre n'aurait pas la même saveur.
Ceci dit, cela contraste beaucoup avec le fil conducteur de ce livre: On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset. C'est en répétant cette pièces pour l'école que les deux enfants vont se connaître et je dirais se reconnaître comme étant chacun la béquille de l'autre.

C'est un très joli roman, assez court, comme une respiration, une bouffée d'oxygène et de légèreté (bien qu'aucun des thèmes traités ne soit de la franche rigolade) dont j'avais bien besoin avant d'attaquer une nouvelle grosse saga.

Je le recommande donc. Une jolie réussite qui m'a donné envie de, petitun découvrir les autres Anna Gavalda, petideu: rédécouvrir mes classiques.

vendredi 15 novembre 2013

A la Croisée des Mondes



Bon, je vais essayer de reprendre un rythme normal sur le blog (si tant est qu'il ai déjà eu un rythme) avec un article littéraire.

J'ai lu des dizaines de livre depuis mon dernier article du genre, mais je n'ai pas réussi à trouver la motivation pour parler de chacun d'eux, ou en parler tout court d'ailleurs.
Cependant le dernier en date m'a, comment dire, bouleversé est un trop gros mot, je vais dire qu'il m'a touché. Vraiment. Au point que je songe sérieusement ouvrir un blog littéraire afin de consigner mes impressions sur mes lectures et ne rien perdre de ce genre de ressentis. En attendant , je vais tenter d'être plus régulière dans ce domaine, avec des articles plutôt courts.

Donc aujourd'hui je voudrais vous parler un livre ou plutôt de trois livres qui ne sont pas tout jeunes, relativement connus, et dont l'ensemble des avis que j'avais pu lire jusque là m'avaient franchement envie d'acheter la trilogie d'un coup d'un seul.
Il s'agit  de l’œuvre de Philip Pullman: A la Croisée des Mondes
 J'ai donc acheté la trilogie: Les Royaumes du Nord, La Tour des Anges et le Miroir d'ambre que j'ai lu d'un seul tenant comme s'il s’agissait d'un seul roman.
En effet, le premier parfaitement construit appelle inévitablement une suite puisque l'histoire ne se termine pas, le second est un second souffle dans la narration avec un nouveau personnage principal, l'intrigue prend vraiment de la profondeur et il permet à mon sens de prendre son élan pour plonger dans l'apothéose du troisième.

Alors vous me direz qu'il s'agit d'un livre pour enfant. Moi je répond non. Le style de l'écriture permet de l'apprécier à tout age mais cette épopée cache plusieurs niveaux de lecture et chacun y trouve son compte: de l'aventure digne d'Harry Potter, une critique de la société et surtout de l'emprise de la religion sur notre façon de vivre plus qu'acerbe et pour moi une dimension spirituelle qui m'a pas mal émue.

Alors le topo: Lyra, une jeune fille ou plutôt une enfant (la nuance est importante) vit dans un monde parallèle au notre où chaque être humain vit avec un deamon: un animal qui n'est autre que la personnification de l'âme de son être humain. Lyra se voie confier une drôle de boussole dont la fonction est de dire la vérité. Elle va alors être embarquée dans une grande épopée dans le but de retrouver des enfants mystérieusement disparus et n'aura de cesse de découvrir ce qu'est "la poussière".
Bon je n'en dirais pas plus si ce n'est qu'il également question d'ours en armure, de sorcière, de défier "l'autorité", d'ouverture entre mondes parallèles, de Will, un garçon particulièrement courageux et intègre, de batailles, d'anges ou encore de couteau magique.

 J'ai pleuré, j'ai ri, j'ai été ému dans tout les sens possible, j'ai eu peur, je me suis angoissé, j'ai réfléchis et je voudrais ne pas avoir fini ce livre pour pouvoir retourner dans ces mondes et retrouver ces personnages.

Soyons clair, c'est un chef-d’œuvre.



Edit: j'ai oublié de parler de la version cinématographique du premier tome. Ben il n'y a pas grand chose à dire en fait. A première vu, c'est un film prometteur avec du beau monde (Daniel Creg et Nicoles Kidman entre autre), de beaux décors plutôt fidèlement retranscris, mais pour le reste, c'est creux. Une vrai déception. On comprends parfaitement que le film n'ai pas eu de succès et que la suite, pourtant prévue n'ai pas été réalisée.