mercredi 18 décembre 2013

La reprise des essais: entre impatience et tristesse


Après un début de grossesse difficile et une fausse couche qui a trainé en longueur, nous avons repris les essais bébé.

Nous avons repris dès que nous avons pu. J'en avais besoins. Il fallait que je change de statut, passer d'une femme "en convalescence" de sa fausse couche, à une femme qui essaie de faire un bébé. Ne plus être dans ce non lieu. Je n'étais plus enceinte, je n'étais pas indisposée mais je n'étais pas dans une phase normale non plus.

Cela dit, être à nouveau dans cette phase d'attente est loin d'être aussi facile que je ne l'imaginais.

Ce mois ci, ça n'a pas marché. La dernière fois, j'avais ressentie les premiers symptômes très vite et très nettement. Cette fatigue extrême, les odeurs qui m’incommodaient, et autres joyeusetés.
Là je n'ai riens ressenti du tout. J'ai été extrêmement déçue tout au long de ce mois. Triste aussi. Je sais qu'il y avait peu de chance que cela fonctionne immédiatement et que ce n'est que partie remise, mais je voulais tellement retrouver le bonheur ressenti il y a plus de trois mois maintenant. Je ne sais pas trop comment le formuler. J'ai ce besoin de retrouver ce que j'ai perdu.

Chaque jour qui passe me rapproche un peu plus de celui où je serais maman, mais l'attente est difficile.Je voudrais que le temps s’accélère.

Et chaque annonce de grossesse, que je connaisse ou non la personne, m'est douloureuse.

L'avantage, c'est que je n'aurais pas à me priver de champagne et de fois gras à Noël.
On se console comme on peut.


lundi 16 décembre 2013

Le Siècle II: l'Hiver du monde

Ahhh Ken Follett, je vis une grande histoire d'amour avec ses romans. (mention spéciale aux traducteurs qui font un travail du tonnerre).

J'ai bien sur lu le premier tome de sa saga Le Siècle: la chute des Géants, qui retrace la véritable histoire de la première guerre mondiale à travers ses personnage fictifs.

Alors quand le second tome est sorti, j'ai serré les dents et attendu un an de plus pour l'acheter en poche: d’abord pour un question de prix, et puis, chose tout à fait idiote, parce que j'ai commencé ma collection avec la version poche de ses romans, alors je continue (c'est plus joli sur les étagères) (Argument tout à fait irrecevable, puisqu'il y a certain auteurs où je n'attend pas, (je ne peux pas attendre) la version poche pour les lire).

Bref, donc j'ai lu Le siècle II: L'Hiver du monde de Ken Follett



Il s'agit de la suite de la Chute des Géants, alors de manière tout à fait logique, nous retrouvons ici les différentes familles anglaises, américaines, russes et bien sur allemandes dont nous avions suivis les histoires dans le premier tome. Les acteurs principaux du premier tome ayant vieillis, nous suivons surtout l’histoire de leurs enfants. Mais n'avoir pas lu le premier, n’empêche absolument la lecture du celui ci. (même si ça aide quand même).

Il y a beaucoup trop de personnages pour que je fasse un résumer complet de l'intrigue. Ce qu'il faut savoir, c'est que tout ces personnages fictifs, toutes ses intrigues, ces petites histories se mêlent et entremêlent pour conter la grande, avec un grand H, celle de la seconde guerre mondiale. On y découvre l'envers du décors, les décisions politiques, les enjeux diplomatiques et idéologiques qui ont formé notre histoire. Les différences culturelles, la vie de l'époque dans chacun des ces pays sont parfaitement retranscrites (du moins, c'est l'impression que cela donne).

Ce n'est pas un live d'histoire, ça n'a rien de barbant. C'est une extraordinaire aventure, une saga aboutie. Il y a de la peur, de l'amour, de l'action, de la guerre, de l'espionnage, de la politique, des rebondissements, et il y a surtout, une vision inhabituelle et nouvelle (pour moi en tout cas) de ce pan d'histoire et c'est passionnant.

D'habitude avec Ken, il me faut un petit moment pour entrer pleinement dans l'histoire et cela se fait progressivement. Là on est de suite dans l'action, et ma fois, c'est bien agréable.
Et c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé ces familles aux destins remarquables.

C'est une grande réussite, encore une pour Follett,qui n'est jamais aussi bon que dans ces grandes sagas historiques. Et ces gros volumes ne doivent pas faire peur, ça passe tout seul!

Maintenant, j' attends avec impatience son prochain livre,peut être la suite, sur la guerre froide.
Il me tarde!

mardi 10 décembre 2013

La fille qui voulait dire merci


 Thinksgiving est passé depuis quelques temps déjà, et ce n'est pas dans ma culture de le fêter, mais sur une belle idée de la talentueuse Decay, j'avais envie de faire la liste la liste de toutes ces choses, petites ou grandes, pour lesquelles je voudrais (je devrais ?) me montrer reconnaissante.

Parce qu'à l'approche de Noël on fait facilement la liste de ce qu'on voudrait, de ce qui nous rendrait tellement heureux (c'est sur qu'avoir le DVD de Mulan est essentiel à la suite de mon existence et à mon développement personnel), qu'on pourrait facilement en oublier ce qu'on a, de ces choses qui remplissent nos vies et qu'on ne voient même plus.

Alors,

Merci à Mon Monsieur: Parce qu'il me supporte, parce qu'il partage ma vie vaillamment et qu'il est un homme merveilleux, mon Prince à moi. Voilà c'est tout.

Merci à Frère: merci de m'avoir appeler dimanche mon Frédo. Putain j'en ai chialer toute la soirée. J'en avais besoin. J'avais besoin d'entendre que tu m'aimes, que tu penses à moi et que tu ne nous oublies pas. Merci, même si je continue de pleurer et que je ressemble à un lapin myxomatosé.

Merci à euh moi? Toulouse Métropole? Parce que j'ai un travail.C'est banal, mais pas tant que ça. Il ne me passionne pas des masses, mais c'est pas grave. Grâce à mon travail, je mène ma vie comme je l'entend. Alors oui, j'ai des charges, je paie des impôts et j'aimerai pouvoir dépenser plus en travaillant moins, mais je suis libre. Je ne doit rien à personne, je paie ma part à la société, je peut dire merde à mon banquier.
Je n'ai pas un train de vie exceptionnel, loin de là. Mais ce que j'ai, je ne le doit à personne. Mon travail me donne le choix, pour moi c'est grandiose.

Merci à mon chien de faire pipi partout dans la maison depuis qu'on a déménagé, grâce à lui je fais le ménage beaucoup plus régulièrement qu'avant. hihihi (rire jaune, ironique, nerveux, vives les synonymes)

Merci à mon gout de la lecture. Je vie plusieurs vies par mois grâce à mes livres. Et c'est top. 

Merci à tous ces blogueurs et blogueuses et leur talents d'écriture. Des petits plaisirs quotidiens dont je ne me lasse pas.

Merci AU CHOCOLAAAT. (pas besoin de commentaire)

Voilà, ma petite liste que je vais surement enrichir et souvent relire juste parce que ça fait du bien.

mardi 19 novembre 2013

Billie


Un nouvel article article pour te parler d'un roman qui est sorti il n'y a pas très longtemps (en septembre): Billie d'Anna Gavalda.
C'est mon premier Anna gavalda. Je ne sais pas trop pourquoi, bien que tout le monde en dise du bien je n'étais pas attirée. Peu être parce que la peste du bureau addoooore (crie suraiguë à chaque sortie) et quelle les connait tous par cœur et patati et patata et que je ne voulais pas faire comme la peste du bureau. Voilà, réaction de cours d'école, je sais.
Alors pourquoi aujourd'hui? Heu j'ai le droit de dire que c'est à cause du petit âne trop choupis de la couverture? Superficialité quand tu nous tiens... Oui je sais, il ne faut pas s'attarder sur l'extérieur, c'est la beauté intérieure qui compte bla bla bla. Que veux-tu, quand le markéting est efficace pourquoi ne pas céder, j'ai même pas honte.

Dans ce livre Billie nous raconte son histoire et celle de son meilleur ami Franck qui se connaissent, se suivent, s'épaulent depuis le collège. La vie n'a pas été très tendre avec eux, elle a un peu oublié de leur distribuer les bonnes cartes: elle vient d'une famille pourris (et violente) dans un quartier pourri, avec une ambiance pourrie et lui est un homosexuel avéré et comment dire, au collège, ça passe mal.

Billie nous raconte leur histoire avec un franc parler qui au début surprend, puis on s’habitue et on comprend vite que sans ce ton épicé, le livre n'aurait pas la même saveur.
Ceci dit, cela contraste beaucoup avec le fil conducteur de ce livre: On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset. C'est en répétant cette pièces pour l'école que les deux enfants vont se connaître et je dirais se reconnaître comme étant chacun la béquille de l'autre.

C'est un très joli roman, assez court, comme une respiration, une bouffée d'oxygène et de légèreté (bien qu'aucun des thèmes traités ne soit de la franche rigolade) dont j'avais bien besoin avant d'attaquer une nouvelle grosse saga.

Je le recommande donc. Une jolie réussite qui m'a donné envie de, petitun découvrir les autres Anna Gavalda, petideu: rédécouvrir mes classiques.

vendredi 15 novembre 2013

A la Croisée des Mondes



Bon, je vais essayer de reprendre un rythme normal sur le blog (si tant est qu'il ai déjà eu un rythme) avec un article littéraire.

J'ai lu des dizaines de livre depuis mon dernier article du genre, mais je n'ai pas réussi à trouver la motivation pour parler de chacun d'eux, ou en parler tout court d'ailleurs.
Cependant le dernier en date m'a, comment dire, bouleversé est un trop gros mot, je vais dire qu'il m'a touché. Vraiment. Au point que je songe sérieusement ouvrir un blog littéraire afin de consigner mes impressions sur mes lectures et ne rien perdre de ce genre de ressentis. En attendant , je vais tenter d'être plus régulière dans ce domaine, avec des articles plutôt courts.

Donc aujourd'hui je voudrais vous parler un livre ou plutôt de trois livres qui ne sont pas tout jeunes, relativement connus, et dont l'ensemble des avis que j'avais pu lire jusque là m'avaient franchement envie d'acheter la trilogie d'un coup d'un seul.
Il s'agit  de l’œuvre de Philip Pullman: A la Croisée des Mondes
 J'ai donc acheté la trilogie: Les Royaumes du Nord, La Tour des Anges et le Miroir d'ambre que j'ai lu d'un seul tenant comme s'il s’agissait d'un seul roman.
En effet, le premier parfaitement construit appelle inévitablement une suite puisque l'histoire ne se termine pas, le second est un second souffle dans la narration avec un nouveau personnage principal, l'intrigue prend vraiment de la profondeur et il permet à mon sens de prendre son élan pour plonger dans l'apothéose du troisième.

Alors vous me direz qu'il s'agit d'un livre pour enfant. Moi je répond non. Le style de l'écriture permet de l'apprécier à tout age mais cette épopée cache plusieurs niveaux de lecture et chacun y trouve son compte: de l'aventure digne d'Harry Potter, une critique de la société et surtout de l'emprise de la religion sur notre façon de vivre plus qu'acerbe et pour moi une dimension spirituelle qui m'a pas mal émue.

Alors le topo: Lyra, une jeune fille ou plutôt une enfant (la nuance est importante) vit dans un monde parallèle au notre où chaque être humain vit avec un deamon: un animal qui n'est autre que la personnification de l'âme de son être humain. Lyra se voie confier une drôle de boussole dont la fonction est de dire la vérité. Elle va alors être embarquée dans une grande épopée dans le but de retrouver des enfants mystérieusement disparus et n'aura de cesse de découvrir ce qu'est "la poussière".
Bon je n'en dirais pas plus si ce n'est qu'il également question d'ours en armure, de sorcière, de défier "l'autorité", d'ouverture entre mondes parallèles, de Will, un garçon particulièrement courageux et intègre, de batailles, d'anges ou encore de couteau magique.

 J'ai pleuré, j'ai ri, j'ai été ému dans tout les sens possible, j'ai eu peur, je me suis angoissé, j'ai réfléchis et je voudrais ne pas avoir fini ce livre pour pouvoir retourner dans ces mondes et retrouver ces personnages.

Soyons clair, c'est un chef-d’œuvre.



Edit: j'ai oublié de parler de la version cinématographique du premier tome. Ben il n'y a pas grand chose à dire en fait. A première vu, c'est un film prometteur avec du beau monde (Daniel Creg et Nicoles Kidman entre autre), de beaux décors plutôt fidèlement retranscris, mais pour le reste, c'est creux. Une vrai déception. On comprends parfaitement que le film n'ai pas eu de succès et que la suite, pourtant prévue n'ai pas été réalisée.

vendredi 11 octobre 2013

Fausse couche. Le mot est laché


J'avais prévu un billet sur le bilan de mon premier mois de grossesse. Chose rare, j'avais fait un brouillon, ajustant au fil des jours le récit de mes sensations. Il était prêt à être publié.

Et ben non, la vie en a décidé autrement. J'ai fais une fausse-couche.

Ces mots font peurs, ces mots sont douloureux. Pourtant selon mon médecin, un tiers des grossesses "ne prennent pas" et s'interrompent toute seule. Un tiers, c'est énorme.
C'est si banal finalement. Pourquoi rien ne nous y prépare? ça devrait être écrit sur les tests de grossesse: Attention un test positif ne garantis pas l'issu de la grossesse.
On a beau savoir que le risque plane, rien ne vient tempérer cette explosion de bonheur à la découverte du +. Et la chute est d'autant plus douloureuse.

J'aurai du m'y préparer pourtant. il y avait déjà quelques complications en ce début de grossesse. C'était mal partis. Je me suis accrochée à mon espoir comme un naufragé à sa bouée. Alors quand j'ai pu voir sur l'écho que rien n'avais évolué alors que j'aurais déjà du voir un petit quelque chose, j'ai eu un choc.
Un mois d'espoirs, de rêves et de bonheurs réduit à néant.

D’abord, la culpabilité. Qu'ai-je fais de mal pour ce que ça ne marche pas? A cause de moi, le Monsieur ne sera pas papa. Pas encore.

Viens ensuite un drôle de sentiment. J'ai l'impression d'avoir vécu dans l'imposture. Je me suis crue en voie de devenir maman, ce n'est pas le cas. Même si nous en  avions parlé à personne, je me sentais enceinte, je vivais en femme enceinte. Je décrivais mes symptômes au Monsieur avec ravissement, j'étalais mes envies avec plaisirs. Tous ça de quel droit? Mon corps m'a mentis, je me suis mentis. Je n'attend pas de bébé. Il n'y a rien de concret. Juste un œuf, qui n’évoluera pas. Je ne suis pas réellement enceinte. Mon ventre est vide.
Finalement ça porte bien son nom. Une Fausse couche. On y a cru, mais c'est faux., ce n'est qu'une imposture, un pastiche de grossesse, du vent.

Aujourd'hui, je considère d’avantage que j'ai juste un soucis gynécologique. Je pense que le fait que je n'ai pas vu de bébé à aucune échographie y est pour beaucoup.
En un sens, j'ai de la chance que cette fausse couche soit arrivé si tôt. Je n'ai pas réellement perdu un bébé.

Et je pense à toute ces femmes qui n'ont pas eu "ma chance", qui ont pu voir un petit être dans leur ventre, qui ont pu entendre leur cœur, toutes ces femmes qui ont porté la vie, qui sont sincèrement devenues maman, toute ces femmes qui ont perdu un petit bout d'elle même, toutes ces femmes qui ont simplement du se sentir vides et anéanties, je pense à vous.   Je pense à vous de toutes mes forces.

.

jeudi 10 octobre 2013

Et le grain de riz s'en est allé



Tu as finalement décidé que nous n'étions pas la famille qu'il te fallait. Tu as décidé de ne pas grandir en moi. Tu n'as pas planté tes racines.

Nous ne t'en voulons pas. Nous sommes justes un peu triste, nous qui t'attendions si fort. Mais ce n'est pas grave. Nous serons d'autant plus heureux lorsque tu seras prêt à nous rejoindre.

Au revoir, mon grain de riz.


mercredi 25 septembre 2013

Le grain de riz


Enfin te voilà. Mon grain de riz, mon moustique, mon ange, mon coeur, mon bébé, mon minimoi, notre mininous. Tu as posé tes valises. Au creux de mon ventre tu t'accroches, tu grandis, tu faits ton petit nid.

Tu verras, on va être une chouette famille. Nous te désirons depuis longtemps, tu sais. Tu n'es pas plus gros qu'un grain de riz, mais nous t'aimons, déjà. Et je vais faire tout mon possible pour être une bonne maman.

Au début nous serons inséparables, nous ne ferons qu'un. Et puis,  petit à petit ton monde va s'agrandir. Tu rencontreras ton papa d'abord. Tu devrais vite le reconnaître, tu vas si souvent entendre sa voix.
Un jour tu découvriras le reste de la famille, tu exploreras ton petit monde.
Tu vas grandir et tu  découvriras que le monde auquel tu appartiens et plus vaste et plus riche que tout ce que tu avais pu imaginer. Et nous serons là, pour t'accompagner, te guider, t'aider à faire tes propres choix, à faire tes propres erreurs. Nous serons là pour t'aider à te relever quand tu tomberas, parce que bien sur tu tomberas. Et oui, même si au début nous serons tout pour toi, un jours tu ne nous écouteras plus. Je ne sais plus qui a dis que l'expérience est une lanterne qui n'éclaire que celui qui la porte. Un jour pour toi , nous serons vieux, has been, ringards, nous n'y comprendrons plus rien. Tu auras besoin de t'éloigner de nous pour construire ta propre vie. Et nous te laisserons faire, avec bienveillance, avec fierté et un gros gros pincement au cœur.

J'ai hâte de te découvrir.

Mais surtout mon ange, prend ton temps. Ne te laisse pas gagner par notre impatience. Accroche-toi bien. Grandi. Au chaud. A l'abri. Dans mon ventre.

Mon grain de riz. Grace à toi, nous allons grandir. Nous allons devenir parents. Merci de nous faire ce cadeau.

A bientôt. Mon bébé.


vendredi 20 septembre 2013

So blogueuses: une soirée au top!

Mercredi dernier, j'ai eu la joie, que dis-je l'honneur, de participer à la soirée So blogueuses.

Comme son nom l'indique, il s'agit d'une rencontre entre blogueuses toulousaines avec tout plein de partenaires. Mais je ne pourrais pas parler de tout sinon, il y en a pour trois plombes,(déjà que ça risque d'être long) alors pour en savoir plus tu peux aller là ou )

Et comme je suis une blogueuse en carton et que j'ai quand même passé un très bon moment,je n'ai pris que très peu de photo de la soirée.

C'est pourquoi:
 -Tu ne verras pas la jolie salle où nous étions près de 80 blogueuses à se faire chouchoutter
 -Tu ne verras pas le chouette stand de manucure où nous nous sommes toutes précipitées pour que des professionnelles nous poses la dernière collection Essie,
 -Tu ne verras pas la jolie table printanière avec des jus de fruit bio (pomme figue et granade), vin blanc et petit biscuit.
-Tu ne verra pas le stand YELP, le chouette réseau social partenaire de la soirée
-Tu ne verra pas le stand Fram, bon en même temps il n'y avait pas grand chose à voir,mais ils ont offert à une blogueuse un voyage d'une semaine pour 2 personnes à Agadir, alors bon, on peut en parler quand même.
-Tu ne verra pas le stand de Thallasseo: idem, ils ont offert à plusieur blogueuses des bon d'achats de 200€ alors bon, on peut au moins les mantionner.
-Tu ne verra pas le stand de C.2 Factory, et leur vierges fluo, en même temps, tu ne rates pas grand chose. Bon tous les goût sont dans la nature alors disons juste que ce n'est pas mon truc.
-Tu ne verras pas non plus le stand d'Oliv.B et ses jolis bijoux en cuir et métal.
-Enfin, tu ne verra pas l'excéllent repas qui nous a été préparer et servis par: la Cook Mobile: mini burger, mini cornet de frittes, panna cotta au kiwi ou à un truc rouge dont je ne me souviens pas, et crème de petit suisse aux spéculos et  à la fleur d'oranger! Miam!
J'en oublie, pardon.

Par contre, tu verras:
-Le stand de Maman les p'tits gateau et ses merveilleux cup cake et autres petits gateaux avec décor en pate à sucre aux couleurs de so blogueuses
















 -Tu verras aussi le stand de Fifi Jolipois (une boutique avec tout ce qu'il faut pour creer de joli choses) qui organisait de petit atelier pour fabriquer un petit bijoux. (oui tout est petit)










































Tu remarqueras avec quelle classe j'ai assorti mon bracelet à mon vernie Essie!

-Tu verras aussi le contenu du Totebag (c'est comme ça qu'ont dis?) enfin le sac remis à la sortie avec plein de petit cadeau des partenaires:










Nous avons donc eu dans ce joli totebag aux couleurs de So blogueuses:
-Le petit Tou, le guide incontournable des sorties toulousaine
-Un pass pour devenir VIP chez Overblog
-Un bracelet gris et rose de chez Amicie Factory
-Une bague en cuir noir et métal de chez Oliv.b
-Des bonbons à la voilette de chez Les petits pois (une jolie épicerie)
-Une étiquette à bagage de chez Pack N Board
-Un jus d'hibiscus et grenade bio de chez Elite Naturel
-Un lait hydratant pour le corps de chez Graine de pastel
-Une petite boite découverte du BB Détox de chez Kusmi tea. C'est une turie ce thé, j'en suis folle. J'ai quasi terminé la grosse de boite que j'ai acheté il y 2 mois
-Deux mini vernis Essie: un bleu pale (Avenue Maintain) et un joli rose clair (go ginza). Mes premiers Essie !
-Et un mini ballon de rugby aux couleurs de l'office de Tourisme de Toulouse.

Et enfin tu verras aussi mes nouvelles copines!


A gauche: Anne Sophie du blog Le Zoo d'Agat
A droite: Claire du blog Les délices de Minie
Et au milieu? ah ben c'est moi. t'as vu je te montre ma trombine!

Voilà, voilà pour cet article trèèès long. Pour résumer, j'ai vraiment passé une très bonne soirée, riche en rencontres et en bons moments.
C'est vraiment agréable de pouvoir rencontrer en IRL toutes ces chouettes Blogueuse, j'ai même pu apercevoir une de mes abonnées: Coucou le Chat rose!

 Merci encore aux organisatrices et aux partenaires. On a vraiment été gatées!

lundi 19 août 2013

Trois mois d'essais: le bilan


Voilà maintenant trois mois (ou devrais-je dire trois cycles) que le Monsieur et moi essayons de planter la graine.
Je suis passée par plein d'émotions différentes et j'ai vécu chacun de ces mois différemment.

Premier Mois:
Ça y est, j'arrête la pilule!
On est tout excité. On sais très bien que ça ne marchera pas du premier coup. Mais bon on espère quand même. On est tout sourire, tout est joie et bonheur, papillons dans les yeux et prouts à paillettes. 
Concrètement la gynéco nous avait conseillé de continuer à se protéger pendant les deux mois qui suivent l'arrêt de la pille pour éviter les fausses-couches. Je suis septique sur ce point et nous ne respectons pas ce conseil (oui je ne suis pas docteur mais j'ai le droit d'avoir mon libre arbitre, non mé ho!)
Par contre je prends bien l'acide folique qu'elle m'a prescrit et je respecte tant que faire se peut les recommandations alimentaires (Oh joie, je ne suis pas immunisée contre la toxo).
Cela dit je ne suis qu'une faible femme et un cocktail alcoolisé et un plateau de sushi (pas le même jours hein!) auront raison de ma volonté et de ma zen attitude.
S'en est donc suivi une période de grandes angoisses. Oh mon Dieu, à cause de mon inconscience j'allais faire un enfant handicapé, mal formé ou que sais-je. Si je commençais comme ça , j'allais forcément être une mauvaise mère. J'en suis venue à prier pour ne pas tomber enceinte ce mois ci. Et j'ai accueilli mes règles avec soulagement (on est glamour ou on l'est pas!)

Deuxième Mois:
Forte de ma grande expérience (lol) de nullipare en essai bébé, je reprends tout à zéro. Je respecte les règles alimentaires à la lettre.Un peu de sport pour me vider l'esprit (mais pas trop) et calcul exact du jour propice pour ne pas louper le coche.
Les jours s'égrainent lentement mais plus sereinement. Mais un sentiment de déception commence à pointer son nez. Je sais que je suis pas enceinte. Je ne ressent rien. Disons rien de particulier. Aucun symptôme. J'avais toujours imaginé que le ressentirai de suite. Qu'au fond de moi je le saurais. Et que j'aurais très rapidement les premiers signes physiques. Je pense que je serais très déçue si ça ne devait pas être le cas. Pour moi ça fait pleinement partie de la grossesse et j'aurais du mal à me sentir réellement enceinte si je ne devait pas voir rapidement tous ces changements physiques.
Cela dit, je dis ça maintenant, j'imagine que je tiendrais un autre discours quand je passerai le plus clair de mon temps la tête dans la cuvette des toilettes!
Néanmoins le suspens aura été de courte durée puisque les anglais ont débarqué avec 4 jours d'avance!

Troisième Mois:
Forte de mes deux mois d'essai précédents (re lol) je décide de ne plus me prendre la tête. Pas d’alcool ni sushi évidemment mais moins de stress. On verra bien, si ça marche tans mieux, si ça marche pas, tans pis, ce ne sera que partie remise.
Là non plus, je ne ressent rien de particulier après la semaine propice. Mais je me dit que j’essaie tellement de trouver un signe, je suis tellement focalisé la dessus, qu'à nouveau je me prend la tête pour rien. Alors j’attends. On attends. 1 jours de retard. Je commence à sourire, mais je ne crie pas victoire. J'achète quand même mon premier test de grossesse. 2 jours de retard. Je suis tendue. Je n'ose pas faire le test. J'ai peur d'être déçue et en même temps je préfèrerai être définitivement fixée. Je décide de le faire le lendemain matin. Évidemment je dort mal. Le lendemain, ben je ne peux que constater que je n'ai pas besoin de faire de test . (Glamour toujours). Je suis très déçue. Alors je me venge sur le pot de Nutella.
A ce rythme là, je vais prendre tout les kilo de grossesse avant d'être enceinte!

Voilà Essai BB1 Début du Cycle 4 . J'espère poursuivre cette aventure plus sereinement. J'ai peur de bloquer les choses à trop me mettre la pression. Ce serait quand même ballot. Il n'y a aucune raison pour que ça ne marche pas alors j'espère avoir de bonnes nouvelles très vite.

mercredi 24 juillet 2013

Je suis une (vieille) romantique...et je t'emmerde!



Dans quelques jours, j'aurais 25 ans. Et je t'avoue que je l'ai franchement mauvaise. Je suis en plein Quart-de-siècle Blues.

 Jusqu'à 25 ans on grandit, au delà on vieilli. Ce n'est pas moi qui le dit. C'est comme ça. A partir de maintenant je vais vieillir.

Alors je regarde derrière moi.
J'ai toujours été convenable, toujours dans la moyenne. Je ne suis pas moche, mais je ne serais jamais un canon. Bonne élève mais jamais brillante. Sympathique mais jamais populaire.
Je n'ai jamais bu ou fumé. Je ne sort pas.Même en quatre ans de Fac, je n'ai pas fait une seule soirée étudiante. J'ai eu mon Bac, fait des études, trouvé un travail stable, un appart.
Avant de rencontrer mon mari, je n'ai eu qu'une seule histoire d'amour.
Stable, convenable. La vie, le quotidiens.
Mais en soi, il ne m'est rien arrivé. Je n'ai rien fait. Rien vécu.

Je regarde donc devant moi.
Je suis mariée à un homme merveilleux, nous avons acheté une maison, nous asseyons de construire une famille. Voilà, la voie est toute tracée, je vais simplement vivre ma vie de famille.
Et je vais être la plus heureuse du monde avec mon monsieur que j'aime et qui m'aime et nos loupios quand ils voudront bien s'inviter.

Mais aujourd'hui je fais le deuil. De tout ce qui aurait pu m'arriver, de tout ce que j'aurais pu vivre.
Car je suis une romantique. Au sens littéral su terme. Oui je rêve de grandes émotions. Je rêves de grandes aventures. Je peux pleurer devant un film ou en écoutant une musique en me disant que j'aimerais vivre ce genre de chose.
Je rêve de drame (au sens du dictionnaire: suite d’événements qui émeuvent) Je rêve de passion.

Oui mais voilà, les héroïnes sont toutes belles, intelligentes, elles ont toutes des qualités et des traits de caractères incroyables et surtout elles sont toutes jeunes. On a jamais vu une princesses de 30 ans.

Je ne sais pas ce que j'aurais voulu vivre exactement, mais j'ai parfois l'impression de regarder ma vie défiler en attendant qu'il se passe quelque chose. J'ai un peu peur d'avoir laisser filer ma jeunesse, de ne pas en avoir profité.
Maintenant, il est trop tard, je suis une femme active, certes, une épouse aimé et aimante,  je serai une mère comblée, mais une héroïne, ça plus jamais.




samedi 29 juin 2013

Bohème ou comment les Paresseuses m'ont offert une thé box


Sorry pour ce titre un peu long.

En mars dernier j'ai gagner une thé box grâce au blog des Paresseuses (Juste).

J'étais absolument ravie, je sautais partout. Depuis le temps que j'en avais envie. J'avais beau faire les yeux doux à mon monsieur, rien à faire, jamais de thé box à noël ou anniversaire. Il semble parfois avoir la comprenette sélective! (cela dit il me fait sauvant d'autres cadeaux, il sais comment me faire plaisir au plus haut point)

Après un mois d'attente à trépigner devant la boite au lettre je me suis résignée à écrire aux paresseuses pour savoir s'il y avait un problème. Très gentille la responsable marqueting m'a répondu et m'a rassuré, mon colis était bien parti.
Soit, mais je ne l'ai finalement reçu que fin mai. Bon j'imagine bien que ce sont des gens surbookés, mais c'est bête, chaque jour j'étais déçue de ne pas avoir ma box.

Je rappelle le principe de la box: Avec un cout de 15.5€ par mois on reçoit mensuellement donc, une très jolie boite portant sur un thème particulier avec une belle sélection de thé et d'infusion de pleins de marques, de variétés différentes, que l'on ne trouve pas forcément facilement dans le commerce. On y trouve aussi quelques douceurs, et des surprises.
Chaque mois on se laisse donc surprendre et chouchouter.

J'adore l'idée de ce cadeau à découvrir chaque mois. Même s'il y a des choses que je n'aime pas dans la box, c'est un enchantement pour moi. j'ai l'impression de revenir une gamine à noël ou dans les supermarchés quand ma mère m'offrait des pochettes surprises

Bref, passons donc à la présentation de cette box: Intitulée BOHEME. C'est celle du moi de novembre dernier.




Les thés
 -4 sachets de La Compagnie Coloniale : Thé de Noël et Chine Extra
 -4 sachets Dammann présenté dans un petit étui: Thé vert Bali, Thé Oolong Osmanthe d'Or, Thé noir Paul & Virginie, Thé blanc Passion de Fleur
 -4 sachet de Dilmah Exceptional: Berry Sensation, Fragrant Jasmine,Maharajah Reserve Assam,  Rose et Vanille
 -1 Sachet d'infusion Bonne Humeur de L’Infuseur
 - 4 sachets de chez Salus: Green Masala et Bouquet Floral au Thé blanc



Les surprises:
 -Le carnet des saveurs qui explique le contenu de la box
 -Un petit livre de citations
 -Deux cartes postales
 -deux petits cookies au chocolat
 -des petits sucres colorés
 -Un petit pot de marmelade citron et thé rarl grey bio de chez Tea together
 -du joli papier et une notice pour faire une grue en origami




Bon je vais étaler les quelques point négatifs que j'ai recensé parce que il y a des choses qui m'ont quand même franchement déçu alors autant l'évacuer de suite.
 *C'est la box de novembre, ok le problème n'est pas que je réclame une quelconque exclusivité ou je ne sais quoi, d'autant plus que je rappelle que cette box m'a été offerte, non, le soucis est que dedans il y avait des articles périmés.Les biscuits aux chocolats étaient passés de plus de deux mois. Bon, ça ne m'a pas empêché de les manger, ils étaient toujours délicieux, mais quand même, c'est pas cool.
 *Le contenu de la box est détaillé dans le carnet des saveurs. Et là, je me suis rendu compte qu'il en manquait. J'aurais vraiment aimé découvrir les thés des écrivains. Et d'autres ont été a priori inter-changés: ceux de la marque Dammann présentés dans l'étui ne correspondaient pas à ceux détaillé dans le carnet des saveurs.
Il y aurait donc du y avoir aussi: 4 sachets de la Maison Le Thé des Ecrivain : thé Italien, thé Français, thé Americain et thé Claude Monet.
Et les thés Dammann présentés dans la carnet: Jardin Bleu, l'oriental, Roobois citrus, Tisane du berger, Christas tea

Il n'y a rien de dramatique, mais ça donne l'impression que la box a été faite à la va vite, sans vraiment de soins et d'attentions alors qu'on est censé se sentir chouchouté. Je ne sais pas trop si toutes les box sont comme ça, où si c'est du au fait que thé box a peu être du refaire les box de novembre pour ce concours, ce qui expliquerait les difficultés à les refaire à l'identique. Toujours est-il que c'est dommage et que ça déçois alors que je suis une potentielle cliente.

Mis à part ça, je suis ravie! Je ne connaissais aucune de ces marques et j'ai pu savourer des saveurs qu'on a pas l'habitude de trouver facilement dans le commerce. Et si je n'étais pas aussi radine, je m'y abonnerai!

vendredi 21 juin 2013

Que l'aventure commence!



Et voilà, on y est ! Mon monsieur et moi nous nous lançons dans l'aventure. Nous commençons les essais de bébé.

Le désir d'enfant, lui était là depuis bien longtemps, pour lui comme pour moi.Nous attendions le bon moment, notre moment.

Et aujourd'hui nous sommes prêts.

Enfin, disons que notre situation est stable, nous avons tout les deux un travail sur, nous avons enfin une maison qui nous permettrait d'accueillir un mini nous dans les meilleures conditions.
Notre désir est aujourd'hui plus fort que nos craintes matérielles.

Depuis toujours, j’attends le moment où je serais maman, et chaque jour mon monsieur me prouve à quel point lui aussi désire être papa.
Dimanche dernier était notre premier anniversaire de mariage, pour me montrer son amour, si besoin était, il m'a offert trois petit pyjamas de bébé. Dans des couleurs plutôt mixtes. J'ai fondue en larme (et lui aussi du coup).

Je ne sais pas quel genre de parent nous serons. Nous n'avons pas tellement parlé du genre d'éducation que nous souhaiterons donner, nous avons largement le temps pour ça, et puis, nous avons les mêmes valeurs et principes. Je sais d’avance qu'il y aura des hauts et des bas, des moments de doute, de peurs, de colère ou juste de fatigue. Mais je sais surtout que notre vie sera chamboulée à jamais et c'est un bonheur immense qui nous attend.

Alors voilà, je vais pouvoir user de ce jargon que j'ai si sauvant lu sur de nombreux blog (de fille toute aussi géniale les unes que les autres):

Essai Bébé 1 - Cycle 1.

La gynéco m'a prescrit de l'acide folique et une longue liste de recommandations alimentaires puisque je sais déjà que je ne suis pas immunisée contre la Toxo (youpi!)

Maintenant va commencer l'attente. ça va être dur. Mon monsieur me demande déjà tous les jours si je ne me sens pas différente, si je n'attend pas le bébé!
ça promet!

J'espère pouvoir lui répondre oui très bientôt.

Alors, Mère nature et ta copine la cigogne, s'il vous plait, pensez à nous!




mercredi 19 juin 2013

Vis ma vie de propriétaire


Cela fait un mois maintenant que mon Monsieur et moi avons aménagé dans notre maison. Notre Maison, que l'on a acheté avec nos petits sous, comme des grands.

Il n'y a plus de cartons qui trainent. (mais le garage est un no man's land). Et les travaux ont été terminés à temps. Il ne reste que les chambres des deux éventuels mini nous que nous avons laaaaaargement le temps de faire.

Mais je me rends compte  que pour nous, qui sommes de grand angoissés de la vie,  être propriétaire est une source d’intense réflexions/inquiétudes/stress/Au secours maman!/ (rayez la mention inutile) que nous n'avions pas ou beaucoup moins lorsque nous étions locataires.

Être propriétaire, pour nous c'est:

-Vérifier son compte bancaire 3 fois par jour, oui le prêt immo s'est bien prélevé, non, il n'y a pas de surprise, oui tout va bien

-Regarder chaque brin d'herbe avec un air suspicieux: hemm tu as poussés toi, il va falloir te tondre, il ne faut pas laisser le jardin devenir un forêt vierge!

-Vérifier le compteur électrique tous les jours. Mon monsieur me casse les pieds s'amuse à regarder la consommation instantanée de chaque appareil électrique ou lumière, il fait la chasse au watt en trop.

-Se présenter à tous les voisins qui passent et qui ne sont pas du tout  curieux (ceci est ironique, hein!), mais qui sont très gentils. Contrairement à avant.

-Faire le ménage trois fois plus qu'avant, parce que tu ne veux pas que ta maison s’abîme.

-En partant bosser le matin, dire à sa maison, ne de pas s’inquiéter, qu'on va rentrer le soir. Oui je parle à ma maison et j'assume!

-La chaudière est en panne, plus d'eau chaude, ah, ben appel le syndic, ben non en fait, faut faire venir le réparateur

-Comment ça c'est moi qui doit sortir les poubelles dans la rue maintenant?

-ohh là là, tous ces travaux que nous avons réussir à faire rien que tout les deux, on a bien bosser!

-ohh là là, tout ces travaux qu'il reste à faire, on ne vas jamais y arriver!

-c'est dingue toutes les suspensions qu'il va falloir acheter, les ampoules à nue, c'est pas top!

-oh non, il pleut, vente, fait orage, un temps de merde, faîte que ça n'abîme pas les tuiles du toit!

-T'es où? Ben là! Mais où? je ne te trouve pas! Ah oui maintenant il y a de l'espace

-Il va falloir changer le canapé, il est trop petit maintenent

-Qu'est ce c'est que ça? Une araignée? Dégage conasse, ce n'est plus chez toi ici, c'est chez moi!!!! Même plus peur

-Tu as vu? On est chez nous! CHEZ NOUS!

vendredi 26 avril 2013

Les LIEBSTER AWARD ou comment j'ai été taguée (c'est bien comme ça qu'on dit?)


Qu'es aquo?
Apparemment liebster c'est de l'allemand, ça veut dire "le préféré". Bon, soit.
ça sert à faire connaître des blogs de moins de 200 abonnée. (Ce qui est trèèèèèès largement mon cas, faut dire que je suis aussi prolifique qu'une moule sans son rocher)
Pour y participer, j'ai été taguée par Louloute et Chaperon rouge. Et moi j'aime bien son blog
Voici les règles: Citer la personne nous ayant tagué (ça c'est fait)
                             Dire 11 choses sur soi (ai-je autant de choses à dire?)
                             Répondre aux 11 questions. (d'accord, pas de soucis)
                             Faire une liste de 11 questions. (il va falloir que je casse un peu la tête pour
                             trouver des questions originales)
                            Citer les nominés et les en avertir. (D'accord, ça devrait le faire)
Un bon vieux tag quoi. Même si pour moi, c'est mon premier,une vrai pucelle, je suis toute émotionnée!
Bon ben c'est parti alors
Les 11 choses sur moi :
-Je m'appelle Marie. ça compte pour 1 ça?
-Pas besoin de piercing au nombril, j'ai un énooorme grain de beauté juste à coté.
-Je vais bientôt avoir 25 ans et ça me fait peur, j'ai l'impression que je vais être très vieille
-Je suis légèrement agoraphobe: la foule c'est pas pour moi
-Un de mes rêves serait d'avoir un vrai dogue tibétain, je vous laisse aller voir ce que c'est comme chien. Mais un akita inu serait plus accessible (et moins cher en croquette!)
-J'ai un réflexe très bizarre qui est de m’essuyer les pieds sur le paillasson aussi quand on sort de la maison. Des fois que je salisse le dehors.
-Je suis initiée Reiki, et il serait grand temps que je m'y remette sérieusement, j'en ai besoin
-A la fac, j'ai été major de promo, lors des 2 semestres de ma troisième année de licence. Mais je suis loin d'être une intello
-Petite, ma mère m'a amené au concert d'Alliage, j'étais amoureuse de Roman
-J'ai toujours mon doudou de petite fille, mais au pied du lit, hein, il ne dort pas avec nous!
-j'ai rencontrée mon Monsieur au travail et on a décidé de se marier seulement un an après qu'on se soit mis ensemble. Oui c'est rapide, mais quand on est sur, pourquoi attendre?
Les 11 questions de Louloute et Chaperon rouge :
Quelle est ta priorité ultime dans la vie ?
Construire une famille, avoir des enfants, les voir grandir, découvrir qu'elles personnes ils vont devenir.
Crois-tu en Dieu ou en une instance supérieure ?
En Dieu oui, mais je l'appelle plus Amour ou Energie. Les Eglises, moins. Beaucoup beaucoup moins
Aurais tu à demander pardon pour quelque chose ?
A ma grand mère, pour ne pas être la meilleure des petites filles
A mon Monsieur, d'être aussi difficile à vivre
A moi même? Pour ne pas m'aimer assez
Pourquoi écris tu sur un blog ?
Honnêtement? Au départ parce que j'adorait la blogosphère où je découvrait chaque jour des filles géniales, toutes aussi douées, sympas, drôles et passionnées les unes que les autres et j'avais un peu envie de faire parti de ce monde là.
Aujourd'hui, je le vois plus comme un journal intime, mais je ne suis pas très douée.
Quel est ton métier ?
Gestionnaire de Subvention dans la fonction publique territoriale. ça fait rêver hein?!
Si tu avais un pouvoir magique lequel serait-il ?
Voler? Maîtriser les 4 éléments? Pourvoir respirer sous l'eau? Non je sais! Débusquer sans faille les fautes d'orthographes!
Littéraire ou scientifique ?
Ben au Lycée j'ai fait ES, alors...
Quel est ton plus beau souvenir d'enfance ?
A chaque fois que mon papa m’emmenait faire de la balançoire au parc
C'est quand le bonheur ?
Un livre, une tasse de thé, du chocolat, un toutou sur le canapé et mon Monsieur qui me sourit. (Les 4 premiers sont optionnels)
Sinon, juste un oiseau qui cuicuite dans un arbre, c'est bien aussi
Quelle est ta chanson préférée ?
Pffiou, dur ça comme question. En ce moment j'écoute en boucle 1789, alors ça ira mon amour, serait ma chanson du moment. 
A qui as-tu envie de dire "je t'aime" ?
A mon monsieur bien sur, tout le temps, sauf quand je suis chonchon, ce qui arrive relativement 
souvent
Mes 11 questions:
-Quel est ton plat préféré? (Ben quoi c'est important la bouffe)
-Ta passion?
-Ton, tes livres préférés?
-Une fierté?
-Ce qui te mets en colère?
-Un personnage de Disney (c'est nul comme question mais j'adore disney, et on peut projeter ses rêver, ses envies dans tous ces contes)
-Comment tu imagines ta vie dans 10 ans?
-Une époque à laquelle tu aurais aimé vivre?
-Une envie là maintenant,  tout de suite?
-Une odeur que tu aimes, qui t'apaise?
-Ton tout premier souvenir? (la question prise de tête, moi j'y réfléchis encore)

Et les 11 nommées sont...

Lilicf

la fille a chapeau

Meilinette

CBTH

Madame Sololine

Fanala

Flopie

Silvia MamelfeetsonEtoile

Linosqui

Raissa



mercredi 3 avril 2013

Dans ma maison, il y a ...





Nous allons bientôt déménager, alors j'avais envie de reprendre lejoli article de Marjoliemaman.
Mais comme nous sommes entre deux maisons, ben il y en en aura deux versions !













Dans notre appartement il y a:
-Une forte odeur de peinture
-Des poils de chiens incrustés dans les tapis
-Une porte en bois rafistolée, souvenir d'une période difficile avec Mon monsieur
-Des photos de mariage dans la chambre
-le cadavre d'une bouteille de Litchao sur la table basse
-des cactus en train de mourir dans leur petits pots
-un aquarium d'eau douce un peu à l'abandon
-un aquarium récifal, notre passion
-un chien qui miaule et qui est surement le chien le plus malheureux du monde
-des lapins qui s'obstinent à me rendre chèvre
-des livres sur des étagères
-des livres sur la table de nuit
-des livres dans les toilettes
-des livres entre mes mains
-des cadeaux de mariage qui sont posés en vrac sur la table à manger depuis presque un an parce qu'on a pas de place
-des boites de thé un peu partout dans la cuisine
-des tapis aux coins grignotés
-Du barzard, du bazard et du bazard
-un énoorme fauteuil en cuir dont je ne me séparerais pour rien au monde
-mon doudou que j'ai depuis mon premier Noël, caché sous le lit
-Un souvenir très précis qui me fait toujours sourire: au tout début de ma relation avec mon monsieur, je suis passée à l'improviste un soir après une chamaillerie, je l'ai trouvé tranquillement dans la cuisine en train de se bouloter une bourriche d'huitres !
- Des pots de peintures, des paquet de parquet stratifiés, des outils tous neufs, le plan d'une cuisine, ...
-un manque de place qui commence à sérieusement se faire sentir
-Un tableau peint par ma maman et représentant mon village, il me suffit de lever les yeux au mur pour avoir l'impression de rentrer chez moi
-Mon Monsieur dans le canapé qui me sourit
-Tous les souvenirs de notre histoire

Dans notre maison il y aura:
 -Une jolie barrière blanche
 -un chien tout contant de pouvoir courir partout
 -une belle cuisine toute neuve, installée par Mon Monsieur
 -de l'espace!!
 -Des murs verts
 -Des murs violets aussi
 -Un bureaU BIBLIOTHEQUE Hiii!
 -Deux salles de bains, re Hiiiiiii!
 -Un garage pour titine
 -Des chambres pour des futurs mini nous
 -De la poussière toute neuve
 -des espoirs
 -des rêves
 -Une vie à construire


vendredi 15 mars 2013

La minute Culturelle 03: du pain d'épice dans le métro


Hello Every body! (oui aujourd'hui je suis polyglotte)

Ces mois de février et mars ont été chargés et m'ont laissé peu de temps pour moi. Alors mon actualité littéraire est assez faible malgré la pile de livre qui m'attend (et qui attendra surement jusqu'au déménagement).

Pour la Saint Valentin (oui, pas de transition) mon Monsieur m'a offert (entre autre) Métronome de Lorànt Deutsch.


Alors oui je sais, ce livre est sortis il y a super longtemps, mais moi je ne le lis qu'aujourd'hui, et il m'a plu, alors j'en parle, même si tout le monde le connais déjà  et si t'es pas content c'est pareil! Nan mais ho!

Donc, Lorànt nous explique qu'on peut retracer l'histoire de France et surtout de Paris grâce au station de métro. Chaque station correspondant à un lieu, une époque, un événement essentiel de notre histoire.

Il raconte donc l'histoire chronologiquement, du temps des romains à aujourd’hui. A chaque chapitre, correspond une station qui s'inscrit dans la suite de l'histoire de France. Il y a donc 21 chapitres, pour les 21 siècles entre le 1er siècle aprés JC et les années 2000.

Il nous raconte ce qu'il voit en sortant de la station en question, il retrace en suite l'histoire qui va avec. Mais tout est lié, il n'y a pas de rupture dans l'Histoire. Il nous explique aussi où trouver des traces, des événements ou lieux historiques dans le Paris actuel et comment ces bâtiments ont traversés l'histoire.

Ce que j'en ai pensé: Ce livre n'est apparemment pas d'une rigueur historique exemplaire (d'après les critiques des historiens) mais moi j'ai bien aimé. Deutsch nous livre parfois sans concessions ses impressions, son avis sur le Paris d’aujourd’hui. Mais c'est son livre après tout, pas un manuel scolaire. Il a bien le droit d'écrire ce qu'il a envie et surtout ce qu'il pense.
C'est une jolie balade à travers le temps. Il se lis comme une histoire et pas comme un livre d'Histoire.
Il passe beaucoup plus de temps sur les premiers siècles que sur les derniers. Je ne sais pas, si c'est dommage parce qu'il passe vite sur des choses qui sont plus faciles à nous représenter que le moyens age, où si c'est mieux de ne s'attarder que sur des choses qu'on connais moins, et de passer sur ce qui est vu , revu et rerevu par ailleurs.
Par ailleurs,je ne sais pas si c'est moi qui étais moins attentive à ce moment là où s'il y a effectivement une lacune, je crois que j'ai eu comme une absence, je ne sais pas comment on est passé de la Saint Barthélémy à Louis  XIV.!
Cependant, plus on avance dans le livre, plus il s'agira d’avantage de l'histoire de Paris et des Parisiens que de l'histoire de France. Et de ce coté là, il y un manque je trouve. La petite histoire de la ville a du mal à s'intégrer dans la Grande Histoire de France. Et c'est dommage. Même si ce phénomène se manifeste surtout vers la fin du livre.
La fin est un peu décevante à mon goût. J'ai un peu l'impression qu' il avait marre et qu'il voulait s'en débarrasser. Mais ce n'est que mon impression.
En tout cas, c'est un livre très ludique. Surtout pour les parisiens ! Parce que pour une provinciale comme moi, il y a des fois où on est perdu; au sens propre, il manque vraiment une carte ! La version illustrée doit vraiment être chouette. Et si j'avais l'occasion de faire du tourisme à Paris, je prendrais surement ce livre pour faire le tour des stations de métro et de ces lieux chargés d'histoire qu'il décrit.
Je devrai bientôt arriver à voir les DVD qui ont été fait avec le livre. j'espère qu'ils en pallieront les lacunes et qu'ils permettront à une provinciale de se prendre pour une parisienne.


Sans transitions toujours, ce mois ci nous sommes allés voir Hansel et Gretel Witch Hunter au cinéma en 3D

Bon moi je voulais voir 20 ans d'écart, mais que voulez vous, il faut bien faire plaisir au Monsieur.

Et ben franchement, ça déchire! Bon on est loin du conte de notre enfance, et ce n'est pas un film pour les enfants (amateur d'hémoglobine, ceci est pour vous).
M'enfin l'essentiel est là pour qu'on s'y retrouve: la maison en sucrerie et des sorcières.
L'histoire: Hansel et Gretel ont été abandonné par leur parents dans la forêts, on sais pas pourquoi. Ils se retrouvent dans la maison en sucrerie d'une affreuse sorcière. Ils la tuent (l'enfourne pour être exact) pour s'en sortir. De ce fait, ils deviennent de célèbres chasseurs de sorcière.
Ils sont engagés par une commune pour élucider le mystère des disparitions d'enfants dont les habitants sont victimes.
Il s'agit d'une d'une chasse aux sorcières efficace, pleine d'humour, de sanglants combats, d'armes improbables, un chouia d'amour quand même, et un beau gosse pour Hansel et une très jolie fille pour Gretel. De quoi ravir tout le monde.
Quand à la 3D: ben ça déchire aussi. C'est là première fois que je vois la 3D aussi bien utilisée. Dès le générique et jusqu'à la fin, les effets sont là, c'est vraiment prenant pour le spectateur.
Par contre, quand nous y sommes allés, la salle était pleine, et on a du s'asseoir à l’extrême droite de l'écran, du coup on a passé tout le film, avec le côté gauche de l'écran assez flou! C'est dommage et ça fait mal aux yeux, pour les scènes d'actions où ça va très vite, j'ai du détourné les yeux, ça faisait trop mal.
Donc pour la 3D: prévoir d'y aller en avance pour avoir des places centrées et pas trop haut dans la salle, sinon l'effet 3D est moins visible.
Mais pour ce film, ça vaut vraiment le coup de payer un peu plus cher.
Un bon moment de détente. Je n'ai pas vu le temps passer.

Et voilà pour ce mois ci

See you later!

vendredi 22 février 2013

Le conges parental ? ça me parle!


Je relais ici une info importante. Ceci est susceptible d’intéresser tout les parents, ou futurs ou juste ceux qui se sentent concerné par le devenir de notre société.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, Adventure Mom est un fer de lance de cette bataille, allez faire un tour chez elle. Ou bien allez . Ou bien signez ça.


Le 8 mars prochain, Mme la ministre des droits de la femme va déposer un projet de loi concernant le congé parental. Ce dernier n'existera plus comme aujourd'hui... Tes droits seront détruits. Ça te choque? Pourtant, ce projet de loi est bien en préparation. 


Finit les trois ans.


Finit le choix.


Difficulté à se le partager entre père et mère.


Vers une fin du temps partiel?


Je t'explique, aujourd'hui tu as le choix, le choix de prendre  six mois, de prendre un an, de prendre trois ans. Tu as le choix de le partager avec ton mari. Tu as le choix de reprendre le travail à temps plein, à temps partiel. Tu peux faire ce que tu veux...


En effet la rémunération n'est pas glorieuse.
566e des le 2e enfant avec 127e d'allocation, soit 693e. Mais si tu reprends le travail combien va te couter une nounou? Et surtout trouveras tu un mode de garde qui te convienne?

Demain la rémunération sera meilleure... du moins si ton salaire est bon. En prévision, 60% du salaire brut. Tu gagnes 1000e, tu toucheras 600e.


Demain tu n'auras plus qu'une année avec ton enfant.


Demain le papa devra prendre six mois... normalement non transmissible à la maman.


Demain les patrons risqueront d'être taxés si ils font des temps partiels. 


EGALITE des sexes. Oui papa et maman doivent faire du 50/50, sinon c'est de la discrimination! Ce n'est pas moi qui le dit, c'est le projet de loi!


Questions :


Comment va-t-on trouver un mode de garde correct, qui rentre dans nos frais?
Comment va-t-on gérer le partage des tâches dans le couple?
Comment cela va se passer si le papa a le plus gros salaire?
Comment fera-t-on si le papa refuse ce congé parental?
Comment cela va-t-il se passer pour les allaitantes?
Y aura-t-il des places en crèches?
Restera-t-il de notre salaire après avoir passer les dépenses de garde?
Comment feront les parents de jumeaux?
Comment feront les parents de plusieurs enfants en bas âge?


Je pense que des questions, il y en a des milliers. Une réforme oui, mais pas au dépens de notre liberté de choisir! Pas au dépens de notre droit à la maternité, à la garde de nos enfants en leur début de vie...


Laissons le choix de prendre une année mieux rémunérée où trois ans comme le congé parental actuel rémunéré de la même manière.


Il faut se faire entendre AUJOURD'HUI avant qu'il ne soit trop tard. Quand la loi sera passée on ne pourra plus rien faire. C'est ENSEMBLE que nous y arriverons.


Pour cela, il faut en parler à notre entourage. Il faut faire tourner ce billet dans les réseaux sociaux, facebook, hellocoton, twitter. Il faut l'envoyer à vos contacts msn/skype. Leur demander de nous rejoindre, de SIGNER LA PETITION, de liker la page FACEBOOK.


Si chacun le passe à au moins 5 de ces contacts, cela fera une chaine!


L'UNION FAIT LA FORCE, ET ENSEMBLE ON SE FERA ENTENDRE.


Nous sommes responsable de l'avenir du congé parental, pour nous, nos proches, et nos enfants.

mercredi 20 février 2013

A mon frère



Mon frère et moi nous avons douze ans d'écart. Et nous n'avons pas le même papa. Enfin, nous n'avons pas le même père biologique. Mais finalement, mon papa est devenu le sien, avant qu'il ne soit le mien.
Mon frère n'a pas eu une enfance facile. Son papa biologique n'était pas un gentil papa. Et notre maman, ben elle a fait comme elle a pu pour gérer cette situation et quitter cet homme. C'est sa propre maman (notre grand mère donc) qui a pris le relais avec mon frère avant que notre maman ne se reconstruire avec mon papa. Mais ce n'était pas une grand mère facile. Je ne l'ai pas connu, mais je crois que je n'ai de toute façon pas trop envie de la connaître.

Alors mon grand frère a grandi, en trainant ses casseroles, ses poêles et ses bassines en cuivres.
Il est parti très tôt de la maison. Je n'ai quasiment aucun souvenir de notre vie à quatre. Finalement, ma maman a eu deux enfants uniques.

Mon frère a 36 ans aujourd'hui. Mais il n'est pas mature pour autant. Il est assez instable. Enfin, il se débrouille comme il peut. Il a (avait, parce que entreprise dépose la bilans) un emplois stable, il a des projets pour rebondir, il a de l'expérience dans plusieurs domaines, il a son appartement et un chien.
Mais il ne sait pas gérer son argent, il fait parfois un peu trop la fête, il n'est pas fichu de se payer un abonnement internet. Il ne sais pas gérer son crédit de téléphone. Il est toujours hors forfait et doit des sommes astronomiques à son fournisseur.
Il a des histoires d'amour bien sur. Qui durent. Qui comptent pour lui, suffisamment importantes pour qu'il nous les présente et les invite chez mes parents. Mais pas suffisamment pour construire une famille. Et  franchement, ce sont toutes des cas soss. Elles lui pompent son temps  son argent, son énergie et lui brisent son petit coeur.
Mon frère a choisi il y a longtemps maintenant de s’installer dans une autre région. Loin. Loin des parents, loin de sa sœur, loin de nos conseils, loin de notre regard sur sa vie et sa façon de la mener.

Voilà, ça c'est le décor.

Mon frère.

On se voit que deux ou trois fois par ans tout au plus. On n'a pas une relation fraternelle normale. On ne s'est jamais disputé mais on n'a pas de souvenir d'enfance commun. Nos enfances ont été radicalement différentes et j'ai eu droit à tout l'amour, le confort, la stabilité, la confiance dont tu aurais tant eu besoin. Nous n'avons pas grand chose en commun. Nous n'avons pas de jeux, d'habitudes ou de petits rituels qu'ont les frères et sœurs classiques.
Mais, mon frère, si tu savais comme je t'aime. Tu sais que je suis là pour toi. J'ai accouru sans hésiter une seule seconde quand tu as eu besoin de moi. Tu ne m'avais rien demandé c'est vrai, mais j'ai senti à ta voix que tu m'appelais au secours. Que tu ne voulais pas demander aux parents.
Je fais tout ce que je peux pour essayer de construire cette relation, cette complicité qui me manque.
Je n'ai rien dit au parents quand tu as fais des bêtises, ça les aurait tellement déçus et inquiété. Mais j'ai été là pour te montrer que tu te trompais.
Aujourd'hui, malgré la distance, je t'aide et te conseille comme je peux dans ton projet. Tu sais que tu peux me demander conseil ou simplement me faire part de tes angoisses ou de ton vécus.

Mais non. Tu ne le fais pas. Tu n'appelles pas. Tu ne réponds pas quand j'appelle. Je sais que tu n'as pas beaucoup de sous à dépenser dans ton téléphone. Mais un texto ? Ou juste me faire sonner pour que je te rappelle?
Peut être as-tu peur que je sois trop intrusive ? Peut être, veux-tu nous prouver que tu vas y arriver tout seul, que tu n'as pas besoin d'aide?
D'accord, je suis capable de l'entendre et de le comprendre.

Mais s'il te plait, n'oublie pas que tu as une petite sœur. Parce que moi, j'ai besoin de toi.


lundi 18 février 2013

Mon fils, ma bataille (coup de gueule inside !)

 Attention, je ne parle ici que des faits que nous avons tous pu entendre dans la presse, que de ce cas particulier. 
Et en Aucun cas je ne remets en cause le droit légitime (devoir ?) d'un père d'être au près de son enfants.
Mais certaines choses me révoltent.

Voilà.

Un homme a décidé d'aller contre la justice au nom de son prétendu droit à être père.
Un homme s'est enfermé dans une grue pour montrer son mécontentement. Grand bien lui fasse. Il ne fait de mal à personne. Il peut y planter des géraniums et passer sa vie là, je m'en contre fou.

Ce qui me met hors de moi, c'est que cet homme a été condamné par la justice parce qu'il était violent.
Le juge a estimé qu'il était dangereux pour son enfant. Il ne s'agit pas d'un simple divorce à l’avantage de la mère. Je ne penses pas que la justice prive le droit parental d'un homme à la légère. Et si certaines informations que j'ai entendu sont exactes, il avait été initialement condamné à de la prison ferme.

Et alors qu'est ce qui se passe ? Cet homme qui avant son divorce était surement considéré comme le pire des salauds, et il y a de quoi en matière de violence conjugale, se fait aujourd'hui gentiment passer pour une victime de la société. Le pauvre choux ne peut plus voir son fils chéri. Je vais pleurer. Ou vomir, je ne sais pas encore.

Le plus grave à mon sens, c'est que les politiques entrent dans son jeu. Ah ben oui le pauvre, la justice a dit que pour le bien de l'enfant son père ne devait plus l'approcher mais c'est pas grave, on est au dessus de la justice. Il suffit qu'un mec fasse son intéressant pour que ce soit le branle bas de combat  au gouvernement et qu'il faille revoir tout la législation sur le droit des pères. Normal. Tout va bien.

Je vais aller me foutre à poil au siège de la Française des jeux, après tout, je joue au loto, ils doivent me faire gagner le jack pot; c'est mon droit !

Et je ne parle même pas du fait que la police (je ne stigmate pas, ils doivent avoir des ordres), prennent soin de lui. Ben oui, il n'a pas pensé à prendre de la bouffe, le con. Alors on va tout bonnement lui donner tous ce qu'il faut pour qu'il puisse continuer son "action", qu'il puisse continuer à parler de lui.
Que je sache, personne ne l'a obligé à monté la haut.S'il ne peut pas assumer il n'a qu'à descendre. 
Et puisqu'on est trop bon trop con, on parle même de lui fournir un appartement pour qu'il puisse voir son fils.
Autrement dit, nous payons tous des impôts pour offrir un appartement (merci pour tous ceux qui n'arrivent pas à se payer un logement décent alors qu'ils travaillent) à un homme que la justice a condamné pour violence et a privé de son droit parental, pour qu'il puisse tranquillement passer du temps avec son fiston chéri. Voilà, voilà.

Je croyais que c'était le bien être de l'enfant qui passait en premier. Ce n'est pas ce qu'on nous a rabâcher pendant des semaines avec le mariage gay ? Non ? j'ai du me tromper. C'est pas grave. J'imagine qu'il a deux pois, deux mesures.

Moi ça me révolte.  Comme toujours, avant sa condamnation, un mec (ou une femme d'ailleurs) est au yeux de tout le monde un salaud, tout ce qu'il y a de pire, limite il faut remettre la peine de mort, et à l'instant où la personne est jugée et met en pied en prison, ça devient une victime de la société, il faut tout faire pour le sortir de là, le motif de condamnation on s'en tamponne. 
Et les dirigeants entrent dans le  jeu  et cèdent à la pression des médias. Ne sont-ils pas censé avoir plus de discernement que nous ? Penser à l'intérêt général et non céder aux pressions d'un particulier? Avoir une vision globale de la sociétés et de ses enjeux ?

Peut-être parce que je connais bien le milieu de la justice. Peut-être parce que je connais aussi des cas de violence conjugale, je suis ulcérée.

Voilà. Tans pis si je choque.

mercredi 13 février 2013

Ma maison, mon foyer


Mon monsieur et moi avions prévus de faire construire.
Cela ne se fera pas (Merci le PTZ 2013).

Le jour où nous avons appris que nous n'avions plus droit au PTZ, nous avons vu l'annonce d'une maison que nous avions voulu acheter il y a quelque mois de ça et qui aurait du être vendue.
Cette maison, nous la voulions vraiment fort et on avait été très déçu à l'époque de ne même pas pouvoir faire de proposition.

Nous avons pris ça pour un signe. Ce n'était pas possible que cette maison réapparaisse ce jour là et que ce ne soit pas pour nous.

Après moult péripéties, le propriétaire nous a choisi comme acquéreur.

C'est drôle, tout ces sentiments différents que je ressens depuis lors.

Il y a l'excitation bien sur. ça y est, nous avons notre maison !
L'angoisse aussi, est-ce qu'on sera à la hauteur, est ce que le crédits ne vas pas top nous peser, même si on a bien tout calculé ?

Mais surtout, il y a une sorte d'apaisement. De la sérénité. Fini, l'agitation de la construction. Fini le stress à chaque instant. Aujourd'hui je sais que nous avons pris la bonne décisions. Et s'il y a de nombreuses formalités, elles ne sont plus une sources d'angoisse. Elles font parties du processus.

Cette maison est le début d'une nouvelle vie. Je le sais, nous allons y construire notre famille, notre foyer.

Depuis deux ans maintenant nous vivons dans un appartement. Alors bien sur, je vais avoir un pincement au coeur en le quittant, mais j'ai l'impression d'avoir déjà tourné la page.
Avant  quand je disais "on rentre à la maison", je parlais de cet appart. Maintenant quand je dis on va à la maison, je parle de LA maison.
L'appartement aura été comme une transition, entre ma vie étudiante, ma vie de femme/enfant et ma vie de femme, d'épouse et de mère j'espère.

Je sens que je passe un cap. Je deviens pleinement adulte, je deviens pleinement femme, je vais construire ma famille et mon foyer. Nous allons construire notre vie. Ça ne me fait pas peur.
 Je sais que j'ai trouvé ma place.

vendredi 1 février 2013

La minute culturelle 02 : mes lectures du mois de janvier


Pour cette deuxième édition de la minute culturelle, je vais à nouveau parler bouquins (et un tout petit chouilla cinéma).

Pour Noël, j'avais donné une liste de livres au Père Noël dans l'espoir qu'il en choisisse un ou deux pour que je complète mes collections. Il m'en a apporté 11 !
Alors j'avais de quoi faire!

Je commence avec le dernier recueil de nouvelles d'Eric Emmanuel Schmitt:

Les deux messieurs de Bruxelles


Un recueil de 5 nouvelles sur l'amour bien sur, la famille, les liens complexes entre les personnes qui la compose, les sentiments inavoués.
Une magnifique réussite comme toujours.
D'autant plus, qu'il a ajouté à la fin de son livre un journal de lecture qui nous donne pour chaque nouvelle le contexte dans laquelle elle a été écrite, ses ressentis ainsi que des clés de lecture qui permettent d'approfondir les émotions et les réflexions qu'il essaie de nous faire passer.

Les deux messieurs de Bruxelles raconte l'histoire de deux hommes donc (oui je suis d'une perspicacité folle) qui s'aiment et qui s'unissent dans l'ombre en même temps qu'un jeune couple qui se marie devant le prêtre à l'Eglise. Tout au long de leur vie ses deux messieurs suivent la vie de ce couple, ses hauts, ses bas (plutôt ses bas), ses espoirs, ses désespoirs ou la tragédie.
Au final, on se dit qu'il vaut mieux un véritable amour non conventionnel qu'un pastiche d'amour dit "normal" Bien sur le message de l'histoire va bien au delà de ça, mais j'avoue que ne trouve pas forcément le mots.

La seconde nouvelle raconte comment un homme qui à l'air de préférer son chien à sa propre fille a retrouvé l'humanité grâce à l'amour animal. Cette histoire est juste magnifique

La troisième met en scène un ménage à trois entre un homme, une femme et son ex époux décédé.
Tout au long de celle-ci, on sent que la fin va nous surprendre, alors on cherche, on cherche, mais jusqu'au dernier mot on ne trouve pas. Cette nouvelle un peu plus courte que les autres est comme une pause au milieu du livre, un respiration. Ou plutôt non, un hoquet, quelque chose d'à la fois imposant et surprenant.

La quatrième parle d'une mère qui semble chérir son neveu bien plus que son fils mais qui en viendra tragiquement à vouloir sa mort. L'amour d'une mère est si fort, si impressionnant, si volcanique qu'il peut mener très loin.

La dernière parle du fantôme d'un enfant qui plane au dessus d'un couple. Cette histoire est celle où j'ai le moins accroché. Peut être parce que on est vraiment triste et déçu que ces deux personnes qui s'aiment profondément n'arrive pas à surmonter leur malheur.

On pourrait dire que ce recueil parle de thèmes d'actualités, le don d'organe, le mariage gay, ou l'avortement mais c'est à la fois bien plus simple, bien plus profond et plus subtil que ça, ça parle d'amour. Voilà




Viens ensuite deux Musso que je n'avais pas encore:

                                                  Et après         et  Je reviens te chercher


 Et après est le premier Roman de Musso. Il a d'ailleurs été adapté au Cinéma. Je ne l'ai malheureusement pas vu. Ici dès le début, on a des doutes sur la fin du roman  mais c'est le parcourt du personnage qui est intéressant
C'est l'histoire de Nathan, qui a réussi une brillante carrière d'avocat, mais a raté tout le reste. Il a divorcé de la femme de sa vie, il ne voit pas assez sa fille Sa vie est vide.
Un jour un médecin vient à sa rencontre et lui explique ce que sont les "messagers". Je ne dis rien de plus, mais c'est une belle histoire, qui tient bien en haleine jusqu'au bout.

Musso, il ne prend pas la tête, se sont juste de bons moments de détente.

Je reviens te chercher est l'histoire d'Ethan qui un jour à tout lâché pour essayé de vivre une autre vie. Lui aussi a réussi une brillance carrière. Il est connu, reconnu et dépressif. Ce livre raconte la folle journée qu'il va vivre et au bout de laquelle il va mourir, puis se réveiller pour la vivre à nouveau et en apprendre les leçons. Sur lui, sa vie, la vie.
L'histoire est top. Mais comment dire, je n'ai pas accroché. J'ai mis du temps à le finir. C'est à cause du personne principal. Je n'arrive pas à le trouver sympathique. J'ai juste l'impression que ce n'est qu'un con qui a gâché sa vie tout seul comme un grand. Alors oui, c'est un bon Musso, mais pas celui que je recommanderai,  ça c'est sur.




Pour finir, Bilbot le Hobbit de Tolkien, et sa version cinématographique


Mon monsieur est moi sommes allé voir Bilbo au cinéma (oui je sais, ça date et j'aurais pu en parler avant).
Nous avons été emballé. Peut être même plus que pour le Seigneur des anneaux. Et nous attendons la suite avec impatience. (dur dur jusqu'en novembre prochain).
Du coup, j'ai acheté la livre pour connaître la suite.

Je rappelle que ce livre a été écrit par Tolkien dans les années 1920  pour ces enfants.

Et la première chose qui frappe, c'est que oui, c'est un livre pour enfant. C'est bien l'histoire du hobbit plus ou moins telle qu'on la retrouve dans le film, mais l'écriture est très, disons légère. On ne retrouve absolument pas cette dimension dramatique que l'on retrouve dans le film, qui est donc un film d’aventure haletant.
Il a des scènes de batailles, des morts, des heures sombres, mais on dirait que c'est un bisounours qui raconte. Après avoir vu le film, ça choque et ça déçois un peu.

Pour le reste, je trouve que l'histoire du film est un peu plus étoffée que dans le livre. La aussi, s'agissant d'un livre pour enfant, il n'y a pas trop de détails subtils sur les personnage ou l'histoire.
Malgrès tout, le film est assez fidèle. Certaine scène reprennent au mot près celle du livre, notamment celle des devinettes avec Gollum dans les cavernes.

Par ailleurs, j'avoue que la suite du livre m'a parfois déçue, notamment sur la mort de Smaug (le dragon, que les héros veulent tuer pour récupérer leur royaume, pour ceux qui ne connaissent pas)

Il y aura donc trois films (d'environs trois heures chacun) pour un seul livre. Le premier film s’arrête à peu près au tiers du livre. Alors si les scénaristes continuent de suivre le livre,  j'espère vraiment qu'ils vont bien travailler sur le second (La désolation de Smaug), parce que sinon, on va bien se faire chier s'enquiquiner au début.

Cela dit, le troisième film devrait s'appeler Histoire d'un aller et d'un retour, alors j'imagine qu'ils vont broder sur le retour de Bilbo parce que il y avoir deux page en tout et pour tout la dessus.
Donc, du coup j'image que le second film devrait englober les deux tiers restant du livre, donc ça devrait être pas mal du tout.


Enfin voilà.



Pour la prochaine édition, je pense qu'on va parler à nouveau de Schmitt, mais aussi de Follet et de Grangé.


J'aime lire plus que tout, mais je ne suis pas douée pour en parler, désolé ! Il faudra quand même que je vous raconte mon expérience dans un jury littéraire et de mes tentatives d'écritures